Pédophilie : où en sont les cellules d’écoute dans chaque diocèse ?

Photo by Ban Yido on Unsplash

J’ai regardé, lors de sa diffusion en mars 2018, le documentaire « Pédophilie : un silence de cathédrale« . Je m’étais ému l’an dernier dans ce billet, suite à l’émission Cash Investigation, de l’inertie apparente de l’Eglise sur la difficile gestion des cas de pédophilie.

Ce documentaire m’a laissé le même goût amer avec le sentiment, diffus mais tenace, que l’Eglise de France ne fait pas encore tout ce qu’il faut pour lutter contre la pédophilie. Comme je l’ai déjà écrit dans le billet pré-cité, je n’attends pas de l’Eglise qu’elle traque et débusque elle-même les pédophiles qui sont, au demeurant, des personnalités manipulatrices et qui savent mieux que quiconque passer entre les gouttes.

Mais là où j’attends que l’Eglise soit irréprochable, c’est dans l’écoute de la parole des victimes et la tolérance zéro vis-à-vis des prêtres ou religieux pédophiles. Or s’il est avéré que les lignes bougent, grâce notamment à l’association La Parole Libérée,  et que certains évêques ou institutions ont pris la mesure du problème (coup de chapeau à l’évêque d’Orléans, Mgr Blaquart, cité en exemple dans le documentaire), si le pape François, suite à son voyage au Chili, semble avoir mieux pris en compte ce fléau, l’écoute des victimes et la sanction des fautifs, il est malheureusement manifeste qu’on est encore trop souvent dans le déni et la protection de ceux qui sont des violeurs d’enfants.

Et il semble encore difficile pour l’Eglise d’accepter de regarder les victimes en face. Le refus, relaté par le père Joulain, d’inviter une victime lors de la conférence des évêques à Lourdes montre bien le chemin qu’il reste à parcourir.

Alors, suite au visionnage du documentaire Pédophile, un silence de cathédrale, j’ai voulu voir où en était les fameuses cellules d’écoute qui devaient être mises en place dans chaque diocèse. J’ai voulu voir si les mots de Mgr Pontier (« Conscients que nous pouvons faire mieux et davantage, nous voulons mettre en place les moyens de l’écoute, du soutien, de l’accompagnement pour que les attentes et besoins de chaque victime puissent être entendues ») avaient été suivis d’effet.

Et les résultats, me semble-t-il, sont encore loin de ce qu’on est en droit d’espérer pour une Eglise qui se veut proche des plus faibles.

 

La méthodologie

J’ai voulu vérifier quelques points simples :

  1. Est-ce qu’une cellule d’écoute a été mise en place dans chaque diocèse ?
  2. Est-ce que les informations relatives à cette cellule se trouve facilement sur le site internet du diocèse?

J’ai donc pris la liste des 93 diocèses fournis par le site de L’Eglise catholique en France, et j’ai visité chacun des 93 sites diocésains. Seul un, en travaux, n’a pas été évalué (celui du diocèse de Troyes).

Pour faire cette vérification, j’ai noté les résultats pour chacune des étapes décrites ci-dessous. La même démarche a été appliquée pour tous les sites internet, sans distinction. Cette évaluation a été effectuée en 2 temps : début avril, un premier recencesement a été fait. Puis, lors du week-end du 9 & 10 juin 2018, tous les sites ont été revus. Au moins, si cela n’empêche peut-être pas quelques erreurs, au moins cela tend-il à les minimiser.

La procédure était donc composé des étapes suivantes :

  1. Est-ce que cette information est directement accessible depuis la page d’accueil du site ? En général, il s’agit d’un encart sur lequel on peut cliquer et qui ouvre une page dédiée ou qui renvoie vers le site Lutter contre la pédophilie
  2. Si je ne trouve pas d’information sur la page d’accueil, je parcours les menus du site qui sont proposés : est-ce qu’un des intitulés m’indique que je pourrais accéder à l’information recherchée ?
  3. Enfin, en cas d’échec aux étapes 1 & 2, j’ai utilisé le champ Recherche sur le site en tapant le mot : « pédophilie » (et uniquement ce mot, j’aurais pu y adjoindre le mot « cellule »)

Donc, c’est uniquement lorque l’étape 1 est infructueuse que je passe à l’étape 2, et uniquement lorsque l’étape 2 est infructueuse (et donc la 1 aussi) que je passe à l’étape 3.

Dans le tableau présenté plus bas, voici comment interprété les valeurs de chaque colonne:

  • Page d’accueil : « Oui » si l’information est accessible depuis cette page, « Non » dans le cas contraire
  • Via Menu : si « Non » dans le cas précédent, les Menus sont inspectés: « Oui », si l’intitulé d’un menu est explicite et donne accès à une page, « Non » si rien n’est trouvé
  • Recherche : est-ce que la recherche sur le site par mot-clé « pédophilie » amène à une page du site ou au site Lutter contre la pédophilie; lorsque la recherche renvoie vers des actualités, diocésaines ou nationales, la réponse « Non » est attribuée, mais cela est mentionné en commentaires
  • Page spécifique site : « Oui » si une page spécifique a été trouvé sur le site, « Non » dans le cas contraite. A noter : les sites qui renvoient uniquement vers le site Lutter contre la pédophilie se voient attribuer « Non » pour ce champ. Une page spécifique est une page, voire quelques mots dans certains cas, indiquant qu’une cellule a été mise en place au niveau diocésain
  • Courriel : est-ce qu’une adresse courriel spécifique au diocèse est fourni ? l’email national paroledevictimes(arobase)cef.fr n’est pas pris en compte ici
  • Téléphone : est-ce qu’un numéro de téléphone spécifique au diocèse est fourni ? Le numéro de téléphone national n’est pas pris en compte
  • Commentaires

Résultats

Les résultats sont globalement décevants. Un peu plus de la moitié (60.4%) des 92 diocèses évalués proposent une information dédiée sur leur site. Seulement 40 diocèses sur 92 (43.5%) fournissent une information explicite sur la page d’accueil de leur site. Je n’ai pas établi de statistiques sur la taille de chaque diocèse ni établi des corrélations entre ces résultats et la taille de chauqe diocèse., mais on note beaucoup de « petits » diocèses ou des diocèses « ruraux » parmi les mauvais élèves (Auch, Albi, Blois, Saint Flour, etc). Cependant, certains « gros » diocèses sont clairement à la traîne eux aussi : Créteil, Montpellier, Nanterre, Nice ou Paris ne fournissent aucune information sur leur page d’accueil !

cliquer sur l’image pour agrandir

cliquer sur l’image pour agrandir

 

Quelques statistiques pour résumer l’état des lieux :

  • Sites n’ayant aucune information en page d’accueil 56.5%
  • Parmi ceux-si, sites dont aucun menu ne donne accès à l’information 88.5%
  • Parmi ceux-ci, sites dont la fonction « Recherche » ne donne rien 50%

Quelles difficultés ?

Il n’y a évidemment aucune difficulté technique à insérer ou relayer une information sur un site internet. J’ai d’ailleurs été agréablement surpris par la qualité de réalisation de la plupart des sites (seuls moins d’un quart semble utiliser des technos web un peu anciennes). Par ailleurs, certains des sites, qui ne mettent aucune info sur la pédophilie, publient sans difficulté sur la problématique bio-éthique (qui apparait dans une grande proportion des sites) ou pour appeler aux dons !

La difficulté réside dans le fait de mettre en place une cellule d’écoute, ce qui suppose d’avoir des moyens pour … écouter, comprendre, savoir réagir. Et je comprends que cela soit difficile pour les « petits » diocèses. Mais est-ce qu’en pareil cas, renvoyer vers le numéro du secrétariat est opportun ? Je ne le pense pas, même si l’intention est louable (peut-être que le dit secrétariat renvoie ensuite vers une cellule d’écoute … qui n’est pas mentionnée sur le site !).

Seuls 58% des diocèses proposent une adresse email dédiée et seulement 35% un numéro d’appel. C’est compréhensible pour les petits diocèses. Cela l’est moins pour les diocèses de Nantes ou Strasbourg qui ne proposent pas de numéro de téléphone.

%

des sites ne fournissent aucune information

%

des sites proposent une adresse email

%

des sites proposent un numéro de téléphone

Bilan

Comme je l’écrivais plus haut, je trouve ce bilan mitigé et il m’a déçu. Quelques gros diocèses semblent être très frileux sur le sujet, beaucoup de petits semblent s’en désintéresser, Le minimum qu’on puisse attendre est de relayer l’information du site Lutter contre la pédophilie.

Mais le plus incompréhensible pour moi, c’est de constater que 23 diocèses sur 92 (soit 25% tout de même) ne fournissent pas l’once d’une information sur ce sujet. Désintérêt ? Résidus de cette culture du secret et de la protection des clercs ? Je ne sais, mais cela prouve qu’il reste encore du travail !

Le scandale de la pédophilie dans l’Église

La récente émission « Cash Investigation » a remis en lumière le scandale de la pédophilie dans l’Église. Oui, il s’agit d’un scandale et, oui, l’Église n’en a pas encore fini avec ce scandale. J’ai relu ce billet de 2010, et j’ai malheureusement le sentiment que peu de progrès ont été accomplis…

Tordons d’abord le coup aux critiques concernant le format de l’émission elle-même. Oui, le ton est parfois, trop souvent même, arrogant. Oui, la façon qu’a Élise Lucet de demander des comptes en 2 secondes, sur des dossiers éminemment complexes, est agaçante. Oui, il y a un petit côté « procureur » de la part des journalistes dont on sent bien qu’ils aimeraient rendre la justice, là, tout de suite. Oui, on sent bien que le montage de l’émission est parfois à charge. Oui, tout cela est vrai et tout cela est agaçant.

Mais cela pèse-t-il devant les faits rapportés ? La forme de l’émission est peut-être à revoir, mais est-ce une raison pour persévérer dans le déni de la pédophilie au sein de L’Église ?

La pédophilie, une faute immense

L’Église, on le sait, n’est pas parfaite. Les prêtres sont des hommes, et donc des hommes faillibles. Oui, l’Église prône le pardon et la miséricorde. Malheureusement, de tout cela, je vois surtout un amalgame indigeste et répugnant : Indigeste pour la grande majorité des catholiques, répugnants pour les victimes.

Alors reprenons dans l’ordre.

La faute vient évidemment d’abord de celui qui viole (et les attouchements entrent dans la catégorie « viol »). On ne pourra sans doute jamais éviter ce genre de déviance au sein de l’Église. Une meilleure formation et un meilleur discernement doivent permettre de limiter en nombre le nombre de prêtres ayant ces penchants, mais il y en aura toujours qui passeront les mailles du filet, ne soyons pas naïfs. Par contre, il est inadmissible que, dans la hiérarchie, certains fassent tout pour camoufler, étouffer, au nom du pardon et de la deuxième chance. Cette façon de faire est révoltante et manque gravement à la justice : en étouffant une affaire, on renvoie l’agresseur et l’agressé dos à dos, ce qui est bien peu miséricordieux. Donner systématiquement la priorité au prêtre, à son image, à l’image de l’institution, sont autant de crachats lancés à la face des victimes qui, elles, n’ont finalement.pour seule voie que celle du silence.

Le reportage a démontré, de façon convaincante, les transferts de prêtres dans d’autres diocèses et dans d’autres pays afin de les soustraire à la justice. Là aussi, quelle honte !

A l’argument du « ce sont des hommes, ils sont donc faillibles », une seule réponse : la justice des hommes doit alors s’appliquer sans sourciller et je ne vois aucune raison qui justifierait de s’y soustraire.

La miséricorde et la pardon. Oui, l’Église s’honore, à la suite de Jésus et du message évangélique, de mettre en avant la miséricorde et le pardon. Mais de grâce, arrêtons de dévoyer ces 2 principes. La miséricorde doit d’abord, et en premier lieu, s’adresser aux victimes. En contribuant à nier les faits, à camoufler, à étouffer, agit-on comme le Christ le souhaiterait ? Le pardon doit d’abord être demandé aux victimes : « Pardon, mille fois pardon, qu’en notre sein vous ayez eu à subir l’infâme ! ».

Faut-il alors, comme le voudrait certains, que la miséricorde et le pardon ne s’appliquent pas aux fautifs ? Bien sûr que non. Oui, le prêtre pédophile a droit, lui aussi, à être pardonné et à recevoir la miséricorde de Dieu et des hommes. Mais est-ce vraiment lui rendre service que de le soustraire à la justice en le transférant d’Afrique en Italie, ou de France vers l’Argentine ? Dans le reportage, on voyait 2 journalistes annoncer à un prêtre pédophile, « planqué » dans une maison religieuse, qu’une de ses victimes africaines s’était suicidée… Dites-moi où est la miséricorde dans ce cas ? J’ai pour ma part du mal à la voir.

Reste le besoin, comme cela a été dit dans le reportage, de ne pas laisser dans la nature des gens dont la perversité s’est déjà manifestée. La responsabilité suppose donc une étroite coopération entre la justice civile et l’institution ecclésiale.

Lutte contre la pédophilie, tout reste à faire

Nous, catholiques, ne nous voilons pas la face. Il reste un travail énorme au sein de l’Église pour que, plus jamais, on puisse dire qu’Elle protège les violeurs d’enfants. La pédophilie est une abjection. Camoufler des faits pédophiles est une autre abjection. Comment l’Église qui peut (ou a pu) avoir un discours « moraliste » sur les mœurs a-t-elle pu faire preuve de tant de mansuétude envers les prêtres pédophiles ? Corporatisme malsain ? Refus de la justice des hommes ? Incompréhension de la gravité de la faute ? Cela reste un mystère pour moi.

En préambule, je disais que peu de progrès ont été accomplis. C’est injuste. Une lente prise de conscience émerge peu à peu. On trouve une page dédiée sur le site de l’Église Catholique en France. Mgr Barbarin a demandé publiquement pardon pour ses fautes en tant que responsable. Pour ce qui est du diocèse de Toulouse, une cellule d’écoute pour les victimes ou les témoins a été récemment mise en place. Ces cellules d’écoute, mise en place dans de nombreux diocèses, semblent commencer à porter du fruit, comme en témoigne cet article.

Mais c’est encore, malheureusement, insuffisant et, semble-t-il, encore bien peu répandu dans d’autres pays ou continents.

La lettre pastorale du Pape aux catholiques d’Irlande

Face au scandale qui éclabousse l’Église d’Irlande – et d’autres pays – le Saint-Père a décidé de réagir en envoyant une lettre pastorale aux catholiques irlandais.

Cette lettre est disponible sur le site du Vatican ou ici.

Cette lettre est sans concession : elle dit l’horreur des actes commis, la honte ressentie par toute l’Église et le mal fait aux victimes ainsi que l’opprobre jeté sur toute la Communauté du Christ.

Fait nouveau, en tout cas affirmé avec force : ceux et celles qui ont abusé des enfants doivent répondre de leurs actes, devant Dieu, bien sûr, mais aussi devant les hommes (« Dans le même temps, la justice de Dieu exige que nous rendions compte de nos actions sans rien cacher. Reconnaissez ouvertement vos fautes, soumettez-vous aux exigences de la justice, mais ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. »)

Cette lettre ne résoudra pas tout, mais elle me semble être une voie vers la paix, en disant les responsabilités de chacun, de ceux et celles qui ont fauté, de ceux et celles qui ont tu, en demandant explicitement à entrer dans une démarche de pardon (« Je vous exhorte à examiner votre conscience, à assumer la responsabilité des péchés que vous avez commis et à exprimer avec humilité votre regret. »)

Certaines blessures ne guériront que très lentement. Nous pouvons confier dans nos prières toutes les victimes et tous ceux et celles qui ont sali ces enfants.

Désinformation ?

Hier après-midi, je surfe sur internet et je tombe sur le site de l’hebdomadaire Le Point. Sur la page d’accueil (l’article a disparu depuis), on lit « Benoit XVI a hébergé un prêtre pédophile présumé« . Diantre. Je me dis qu’effectivement, se compromettre avec un pédophile, par les temps qui courent, est dangereux et choquant. Encore que Jésus s’est affiché avec des prostituées et des gens de mauvaise vie. Je clique sur l’article en question : tiens, le titre a changé. Il devient « En 1980, Benoît XVI a hébergé pour thérapie un prêtre pédophile présumé dans son archevêché« . C’est différent. Benoit XVI n’était pas Benoit XVI, un archevêché, c’est grand, et en plus, ce n’était pas pour le cacher, mais pour lui faire suivre une thérapie. On est déjà moins dans le sensationnel.

Que lit-on dans l’article ? Que le prêtre pédophile a été condamné pour des faits qui se sont déroulés en juin 86. Que J. Ratzinger n’était plus archevêque depuis 1982. Que Mgr Gruber assume entièrement la responsabilité de la décision, à laquelle a été associée pourtant J. Ratzinger. En tant qu’archevêque, cela paraît normal. Que s’était-il passé avec ce prêtre avant 1980 ? On n’en sait rien. Donc, la décision de lui offrir un moyen de se guérir était peut-être la bonne. Je n’excuse pas, évidemment, ces agissements. Mais j’en ai marre des amalgames honteux et quasi-systématique que les journaux font concernant Benoit XVI. Un peu d’honnêteté !

Célibat des prêtres

Comme j’ai eu l’occasion d’en parler dans un billet précédent, établir un lien entre des actes pédophiles et le célibat des prêtres me paraît hasardeux, pour ne pas dire idiot. Car finalement, cela reviendrait à dire que le célibat des prêtres est forcément mal vécu, que, non seulement ce célibat ne pourrait être tenu dans le temps, mais que cela ne pourrait se traduire, au mieux, que par une attirance vers les enfants, au pire par un passage à l’acte.

Il y a des exemples de prêtres qui n’ont pas tenu cet engagement : ils ont quitté l’église ou, pour certains, ont mené une double vie, avec une femme, souvent restée dans l’ombre, avec qui, parfois, ils ont eu des enfants. Que l’engagement du célibat soit difficile à tenir, je veux bien le croire et j’imagine qu’il n’y pas un seul prêtre qui, à un moment ou à un autre de sa vie, n’a pas éprouvé un moment de solitude affective et rêvé d’une vie maritale. Et que ces considérations-là mènent au questionnement du célibat est acceptable.

Mais qu’un évêque renommé (l’archevêque de Vienne) fasse le lien entre la pédophilie et le célibat m’attriste un peu, tant la réalité est fausse : combien de pédophiles sont mariés, ont une vie familiale en apparence sereine ? Et puis franchement, c’est avoir au fond une bien piètre idée du mariage que de le voir comme rempart éventuel à des pulsions pédophiles.

Je suis, évidemment, attristé et un peu abasourdi par ces cas révélés de pédophilie dans l’Église allemande, autrichienne ou des Pays-Bas, après ceux aux États-Unis – il y a déjà 10 ans – et en Irlande. La tache sur l’Église est immense et il faudra plus d’un pontificat pour trouver des remèdes afin que cessent ces scandales, trop souvent étouffés par le passé.

Benoit XVI – encore une fois attaqué frontalement – soutient le clergé allemand qui veut faire la lumière. Il le faut. Et nous savons déjà qu’il faudra énormément de temps pour réparer l’irréparable.