Un bel exemple de cléricalisme (à la sauce FSSPX)

Le Forum Catholique (notez bien le « Le » qui en dit tant) déverse sa bile quotidienne contre le Pape, sous le regard bienveillant de son fondateur et régulateur, le bien nommé XA. Ces bons catholiques, garants de l’orthodoxie face aux vents du modernisme, vivent l’enfer sur terre avec le pontificat du pape François. Notez que l’expression « pape François » n’est pas toujours utilisée, les membres du FC usant volontiers du « François » quand ce n’est pas du « Bergoglio » (ça, c’est quand ils sont très très en colère contre une parole du souverain pontife).

Mais je m’emballe, le but de ce billet n’est pas de fustiger les propos injurieux tenus sur le FC contre le pape (et les évêques français) alors même que les liseurs ruissellent de componction dès qu’il s’agit de l’un de leurs clercs. Je dis « leurs » tant ils prennent soin de ne pas se mélanger aux autres, de peur d’être contaminés. Grand Dieu, sait-on jamais ? J’ai eu l’occasion de dénoncer ici la dérive sectaire de la FSSPX.

Alors sur le FC (Le Forum Catholique), je lis un énième post sur le Pape (oui, je confesse lire de temps à autre les diatribes de caniveau de certains de ses membres, notamment celles de l’inénarrable Jejomau dont la relecture des évangiles est un régal). Et donc, le FC de s’offusquer que le pape a condamné le cléricalisme. Les propos rapportés – et je reprends le site cité par le FC – me paraissent plutôt bien vus, tant il est vrai que certains clercs se sentent supérieurs et font passer la Loi avant l’esprit de la Loi (et nous sommes bien d’accord pour dire qu’il n’est pas ici question d’abolir la Loi). Et ce n’est pas l’apanage de la FSSPX, loin de là.

Alors à ces apôtres de l’orthodoxie, je propose un court et édifiant exemple de cléricalisme, tel que je viens de le vivre, non pas dans une paroisse lambda (donc corrompue par Vatican II), mais dans une paroisse tenue par la FSSPX. Et non la moindre, puisqu’il s’agit de Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

***

Il y a peu – ceux qui me suivent sur FB ou Twitter le savent – j’ai perdu ma maman. Il se trouve que mes parents étaient des fidèles de la FSSPX, la messe d’obsèques a donc été célébrée dans la célèbre paroisse parisienne. Ce choix n’était pas le mien, mais j’ai accepté sans aucun problème les souhaits de mes parents. Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur ce que je pense et mon parcours, je vous renvoie vers ces billets, ici, et (à lire dans l’ordre).

D’abord, je dois dire que j’ai apprécié qu’une messe ait pu être célébrée. Pouvoir se recueillir, c’est bien, le faire lors d’une eucharistie, c’est évidemment beaucoup plus fort pour le chrétien que je suis. De toute manière, à Saint-Nicolas, il n’y a que des messes d’enterrements, vous n’y verrez jamais de simples cérémonies animées par des laïcs. Il y a selon moi une dimension sacramentelle apportée par le prêtre lors de tels moments, dimension qui m’importe [1].

La messe, en latin évidemment. Et évidemment, impossible de suivre vraiment pour le non initié. Le prêtre était loin – l’autel se situe dans le fond du chœur —, il était assez difficile d’entendre et de suivre avec le livret fourni (sorte de missel latin-français). Le latin n’est pas le problème en soi et j’admets sans aucun problème que certains se retrouvent plus facilement dans cette liturgie. Tout comme le cercueil recouvert d’un linceul noir : qu’on aime ou pas, cela me semble assez accessoire.

Mais je pris conscience de la distance incroyable qui était mise entre les fidèles et le célébrant. La suite me prouva que cette distance n’était pas que liturgique. Je ne suis plus très au fait de cette façon de célébrer, mais j’imagine que la messe était célébrée selon les normes. J’ai tout de même été surpris que le prêtre ne nous fasse pas expressément lever pour la lecture de l’évangile. Quant à son homélie, j’ai retrouvé le ton de celles que j’entendais quand j’étais plus jeune, ce qui est finalement normal de la part d’un mouvement qui se targue de ne pas changer… Après avoir commencé en disant qu’il ne fallait pas désespérer de la miséricorde de Dieu, les trois quarts de l’homélie ont tourné autour du purgatoire et de l’enfer. En résumé, le Ciel, ça existe, mais ce n’est probablement pas pour vous, soyez heureux si vous allez au Purgatoire, ce ne sera pas déjà pas si mal !

Pour un peu, j’ai cru qu’il allait s’écrier : « ah ah, bande de mécréants, je vous ai démasqué ». Je plaisante, mais c’est quand même le ressenti que j’ai eu (et je ne fus pas le seul). Et si d’évidence le prêtre profitait de ces obsèques pour « sensibiliser » l’assistance en jouant sur la peur de Dieu, je peux vous assurer qu’il a complètement manqué son coup auprès des personnes en périphérie [2] de l’Église. Seule lueur d’espoir, en guise de conclusion : ma mère avait reçu l’Extrême-Onction de la part d’un prêtre de la FSSPX, ce qui semblait lui garantir quelques bonnes grâces lors de sa rencontre avec son Créateur.

Puis, fin de la messe : le prêtre se rapproche, s’arrête au milieu du chœur, et change sa chasuble pour une grande cape, mise avec beaucoup de théâtralité et il nous annonce qu’il va procéder à l’absoute. Nous pouvons entamer, après les prières de rigueur – en latin, bien sûr -, une procession autour du cercueil et le bénir.

***

Ensuite nous sortons. Le cercueil est encore béni sur le parvis de l’église, puis est mis dans le fourgon funéraire et béni à nouveau. Mon père est là avec le prêtre. Ma petite nièce de 10 ans est avec eux aussi. De grosses larmes roulent sur ses joues. Le prêtre dit quelques mots à mon père, que je n’entends pas, étant à quelques dizaines de pas. Le convoi démarre lentement. Le prêtre salue une dernière fois mon père et s’en retourne, sans un regard ni un geste pour cette petite fille qui pleure sa grand-mère.

J’étais resté près du parvis. Le prêtre passe devant moi.

A deux pas, devant moi il passe.

Sans un regard, sans un mot.

Qui suis-je pour lui ?

Rien visiblement.

Aujourd’hui encore, a constaté le pape François, « il y a cet esprit de cléricalisme » : « les clercs se sentent supérieurs, s’éloignent des personnes, (…) ils n’ont pas le temps d’écouter les pauvres, les souffrants, les prisonniers, les malades ».

Que dire de plus ?

  1. aucun reproche de ma part quant à ces cérémonies sans prêtre, je sais évidemment que les prêtres ne peuvent être partout à la fois []
  2. Mince, encore une des lubies du pape François ! []

Sur mon calepin – 13

photo_calepinsSchismatique un jour, schismatique toujours – Mgr Williamson a donc décidé de sacrer un évêque, l’abbé Faure, en ce jour de la saint Joseph. Mgr Williamson est tristement connu pour avoir nié l’existence de chambres à gaz. Il a été exclu de la FSSPX en 2012, non pas à cause de ses propos et idées nauséabondes, mais pour avoir critiqué et s’être opposé à Mgr Fellay, le Supérieur général de la Fraternité. Comme quoi, les Tradis ont le droit et le devoir de critiquer le Pape et les évêques français, mais pas le Supérieur général. Bref. Rappelons aussi que Mgr Williamson a été ordonné prêtre en 1975 par Mgr Lefebvre et sacré évêque en 1988 (en même temps que Mgr Fellay donc) par le même Mgr Lefebvre. Beau fruit donc. Le sacre d’aujourd’hui a peu d’importance pour le catholicisme romain, si ce n’est qu’il met en exergue le positionnement de plus en plus difficile de la FSSPX. Qui, bien sûr, condamne ce sacre. Avec une bonne dose d’hypocrisie et de circonvolution pour expliquer que les sacres de 1988 et celui d’aujourd’hui n’ont rien à voir. Elle s’auto-légitime (« La Fraternité Saint-Pie X réaffirme que l’état actuel de nécessité dans l’Eglise légitime son apostolat de par le monde« ) mais dénie aux autres de faire ce qu’elle a fait elle-même. Comment demander à ses ouilles l’obéissance quand elle-même a pratiqué la désobéissance ? C’est exactement ce qui se passe avec Mgr Williamson. Un jusqu’au-boutiste de la Tradition, comme le fut Mgr Lefebvre en son temps. Le problème qui va se poser à la FSSPX dans les années à venir (ou plus probablement dans les prochaines décennies) sera de faire face à la disparition de ses 3 évêques (qui ont 70, 58 et 57 ans respectivement). Si aucun rapprochement n’a lieu avec Rome d’ici-là, l’un des 3 évêques sera alors obligé de sacrer s’il veut faire perdurer la Fraternité. Et un communiqué nous expliquera alors tout le bien-fondé de la démarche…

Tradiland à la mort – Mardi dernier, France 3 diffusait « Au nom des fils » [1], un téléfilm basé sur la triste affaire de l’abbé Cottard. Vous savez, c’est ce prêtre tradi (de la FSSPX) qui avait négligemment laissé des scouts prendre la mer, fatigués, mal équipés et par avis de grand vent. Quatre y ont trouvé la mort, plus un jeune homme qui a voulu leur porter secours. Téléfilm un peu inégal (scénario assez mou, mais très belle interprétation de Léa Drucker), mais qui décrit assez bien le milieu tradi, tel que je l’ai connu (voir ma série de billets sur le sujet) : milieu reclus sur lui-même, considérant qu’un prêtre est forcément un saint à qui on n’a pas de compte à demander, refus de se remettre en question, etc. Si ces enfants sont morts, c’est que Dieu l’a voulu et ce pauvre prêtre n’y est pour rien ! Et puis, il fallait bien en faire des hommes. Des vrais. Pas des mauviettes. Cette ambiance, c’est celle que j’ai connu dans ce minuscule groupe de scouts marins, affiliés à Saint Nicolas du Chardonnet, auquel mes parents m’avaient inscrit. Rigidité dogmatique des prêtres d’un côté, rigidité comportementale des fidèles de l’autre. Et cette pauvre mère, éplorée, qui ne se remet pas de la perte de son fils et qui ose demander des explications à l’abbé qui en était responsable.

Lutter contre le FN – A l’approche des élections départementales de 2015, Manuel Valls et un certain nombre de leaders socialistes ont choisi la surenchère contre le FN. Je ne partage pas grand-chose des idées du FN et j’espère que Marine Le Pen ne sera pas au second tour en 2017. Mais franchement, j’ai l’impression que si on voulait faire monter le score du FN, on ne s’y prendrait pas autrement. Jeter, encore et encore, l’anathème contre les électeurs de FN, voilà ce que la classe politique dit depuis des décennies. Les authentiques fachos du FN doivent aujourd’hui représenter à peine 1 ou 2 % des 25% ou plus que regroupe le FN. Les électeurs du FN, ce sont des ouvriers, (qui votaient naguère PS ou PC), des salariés, des agriculteurs, souvent des gens humbles, qui se sentent délaissé. Qui n’en peuvent de subir la crise économique, les plans de licenciement, les incivilités quasi-quotidiennes, le mépris de la classe politique. Deux choses reviennent souvent dans les arguments de ces électeurs désabusés : 1) pourquoi continuer à voter pour le PS ou l’UMP ? C’est la même politique et nos problèmes ne changent pas, ils s’accentuent même ; 2) le FN s’intéresse, lui, justement, à mes problèmes. Cette déconnexion entre les élites et les citoyens augmente de plus en plus. Le FN profite de l’espace. Manuel Valls disait l’autre jour en parlant du FN : « Vous n’êtes ni la République, ni la France« . Je pense qu’un électeur du FN a encore plus envie de voter FN quand il entend des propos de ce genre. Parce qu’il considère, à raison, qu’il fait autant partie de la République et de la France qu’un électeur du Front de Gauche. Parce que face aux échecs patents du quinquennat actuel, parce qu’il a déjà testé l’UMP tendance Sarkozyste, il se dit que, finalement, le FN peut résoudre ses problèmes. Et que nous soyons plusieurs à penser que ce ne sera pas le cas n’y change rien. Les prochaines élections risquent d’être, de ce point de vue, extrêmement claires.

  1. encore visible ici []

FSSPX : désaccord en vue ?

Ceux qui suivent les discussions entre le Vatican et la FSSPX savent qu'on approche d'une prise de décision quant à une possible réconciliation entre les lefebrevistes et Rome. J'ai eu l'occasion d'en parler , et , j'ai émis dès le début des doutes sur le succès d'une telle entreprise, connaissant un peu la "psychologie" des Tradis purs et durs et lisant régulièrement les divers forums et autres sites internet.

Un échec ne me surprendrait donc pas. Ce que je n'avais pas anticipé, c'est à quel point la division est présente au sein même de la fraternité. On note même des comportements [1] assez inattendus de la part de personnes qui prônent l'obéissance au chef [2], qui fustigent les "modernistes" pour leur manque de vertus, etc. L'humain reste humain, et les Tradis, pas plus que d'autres, ne sont exempts de ces travers.

Donc, une scission au sein même de la FSSPX semble se dessiner. Sera-t-elle entérinée ? Cela dépend de deux choses : les termes de l'accord pratique proposé par le Vatican, et la décision de Mgr Fellay.

 

La prélature personnelle

Qu'est-ce qu'une prélature personnelle ? Sans entrer dans les détails, et en étant un peu simpliste, une prélature personnelle est une sorte de diocèse sans territoire particulier. Le prélat est rattaché directement au pape et les fidèles d'une prélature restent membres de leur diocèse. Les dispositions sont détaillées par le droit canon.

Il n'y a actuellement qu'une seule prélature personnelle, celle de l'Opus Dei. Ce qui est cocasse, si je puis dire, c'est que la prélature est une nouveauté introduite par le concile Vatican II. En voir profiter la FSSPX ne manquerait donc pas de sel…

Une prélature personnelle ferait partie de la solution pratique envisagée par le Pape pour que la FSSPX revienne pleinement dans le giron de l'Église catholique. Encore une fois, la FSSPX clame partout qu'elle n'est jamais sortie de l'Église et que c'est Elle qui s'est fourvoyée. Mais enfin, pour de multiples raisons, cet accord, outre qu'il est la seule solution pratique, permettrait d'officialiser le retour de l'enfant prodigue. En outre, et c'est pour cela qu'il n'existe pas d'alternative, l'intérêt d'une prélature pour la FSSPX est de ne pas dépendre des évêques du lieu où ils sont implantés, ou là où ils veulent se fixer. Dépendre directement du pape serait avantageux pour eux [3]. Encore que cet avantage est vu par certains comme un écueil irrémédiable, j'y reviens plus loin.

 

L'attitude Mgr Fellay

Mgr Fellay, supérieur de la Fraternité, a sans nul doute une des décisions les plus difficiles à prendre. On aurait pu penser que les gestes du Vatican, l'implication et la volonté fortes de Benoît XVI allait faciliter la décision. Car, objectivement, que peut faire de plus le Vatican ? Rien. Benoît XVI est allé au bout de ce qu'il pouvait proposer : le rite traditionnel à nouveau reconnu et accepté "officiellement", levée des excommunications frappants les quatre évêques, la reconnaissance enfin avec la solution canonique proposée. Mais c'est sans compter sur des résistances très fortes au sein même de la fraternité.

Les tensions sont tellement fortes que des courriers et échanges privés sont mis sur la place publique. Peu importe qui a porté les coups et qui pense que cette mise en pleine lumière, ces faits révèlent surtout la scission au sein de la FSSPX. Il paraissait évident qu'une partie des fidèles de la FSSPX serait, en toute manière, opposée à des accords. Sous prétexte qu'on ne passe pas d'accord avec la Rome moderniste, au risque de ce compromettre irrémédiablement. Ce dont je ne me doutais pas, c'est que trois des quatre évêques de la FSSPX ont déclaré ouvertement leur hostilité à toute accord.

Mgr Fellay a répondu au courrier envoyé par les trois évêques. A cette lettre qui dénonce le subjectivisme du Pape Benoît XVI, dans la continuité de celui de Jean-Paul II, la réponse de Mgr Fellay apporte un certain nombre d'éléments. Certes, il ne remet pas en cause les défauts et erreurs ataviques du concile Vatican II, mais il apporte des nuances et des sentiments qui montrent que la volonté est là pour renouer "pleinement" avec Rome :

  • D'abord, il récuse le discours tendant à dire que le concile Vatican II est le mal absolu, refusant d'y voir un condensé de "super hérésies" ;
  • Il refuse aussi de voir dans les 5000 et quelques évêques des modernistes patentés, affublés du titre de "tous pourris" ;
  • Il ne voit pas dans la prélature personnelle un piège et, allant même plus loin, écrit que Mgr Lefevre aurait signé l'accord proposé.

Un autre point me semble important à mentionner : la FSSPX n'a pas cherché un accord pratique, elle se satisfaisait de la situation actuelle. C'est-à-dire que si Rome, si Benoît XVI n'avait pas recherché absolument un accord, le statu quo aurait perduré. Et Mgr Fellay pense que si le pape propose un accord, sans demander en outre une reconnaissance totale de Vatican II, cela ne se refuse pas. Sauf à marquer une défiance forte vis-à-vis du successeur de saint Pierre (défiance que Mgr Fellay pointe dans son courrier).

 

Désaccord en vue ?

Les fondements de ceux qui refusent tout accord sont de deux ordres : dogmatique et pratique.

Il n'y aura pas d'accord dogmatique : la FSSPX n'acceptera jamais le concile Vatican II comme étant l'alpha et l'omega de la foi catholique, du reste, cela ne leur est plus demandé. Ce qui leur a été demandé – via ce fameux préambule doctrinal, secret, qui a servi de base aux discussions – c'est de noter les points de divergence. Cela est fait et est toujours en discussion. La seule et dernière question est la suivante : si on imagine mal le Vatican demander à la FSSPX d'accepter le concile (ce serait un casus belli), va-t-il accepter que ce préambule soit signé en constatant – et donc en acceptant – les divergences de vue, voire même, implicitement, de permettre à la FSSPX de continuer à émettre des critiques ?

L'accord pratique – la prélature personnelle – semble poser à première vue moins de problème. Pourtant, les opposants y voient un piège et craignent de se retrouver pieds et mains liés à Rome (moderniste).

On voit donc que ces deux points sont très imbriqués l'un dans l'autre. Les partisans de l'accord voient les avantages apportés par la solution pratique, sous réserve que le préambule doctrinal soit peu contraignant ; les opposants refusent tout accord pratique tant que le contentieux doctrinale ne seront pas apurées (ce qui est impossible aujourd'hui).

Si une partie minoritaire des Tradis était opposée aux accords, cela ne poserait pas de problème majeur en soi à Mgr Fellay. Mais l'opposition des trois autres évêques est autrement problématique. De plus, il se dit sur les forums tradis qu'une petite moitié (donc 40% ?) des fidèles de la FSSPX est opposée aux accords.

Mgr Fellay passera-t-il outre ces oppositions internes ? Prendra-t-il le risque de faire imploser la FSSPX ? Que penser de la réalité de l'opposition à tout accord et de sa fermeté dans le temps ? Car on peut imaginer qu'une fois la décision prise, certains – beaucoup ? – rentreront dans le rang.

Que feront les évêques réfractaires ? Rejoindront-ils les sédévacantistes comme l'a annoncé implicitement Mgr Williamson ? Fonderont-ils une FSSPX canal historique, toujours plus pure et plus intègre ?

Au commencement de l'écriture de ce billet, j'inclinais à penser que Mgr Fellay ne signerait pas, dans le but de maintenir l'unité de la FSSPX. J'en suis moins convaincu maintenant après avoir écouté la conférence (à écouter ici, durée : 1h48) donnée par l'abbé Pfluger, premier assistant de Mgr Fellay. Les propos envers les tenants d'une position de refus de tout accord sont fermes et très clairs. Mgr Williamson et ses acolytes sont traités de "purs et durs".

 

Et maintenant ?

Quelque soit la décision prise par la FSSPX, cela laissera des traces : si elle refuse l'accord, elle prend le risque de rester en marge, voire d'être à nouveau excommuniée. Quelles seront les dispositions du successeur de Benoit XVI, qui vient d'avoir 85 ans ? Si elle accepte, elle prend le risque d'un schisme interne et d'un possible éclatement.

On comprend mieux pourquoi Mgr Fellay a écrit que la FSSPX ne recherchait pas d'accord, se satisfaisant du statu quo. Cette position était finalement confortable. Mais Benoît XVI la refuse et on voit bien la cohérence de son approche. Que n'a-t-on entendu quand il a levé les excommunications et signé le motu proprio reconnaissant le rite saint Pie V comme rite extra-ordinaire ?

La prochaine étape vient vite : c'est le chapitre général de la FSSPX qui va se tenir en juillet prochain. Les discussions risquent d'être houleuses…

 


Ajout du 22 juin 2012

J'ai oublié de mentionner un point qui m'a étonné. Lorsque le Vatican a rendu compte de la dernière rencontre avec Mgr Fellay (lire le communiqué ici),  il est écrit que "la situation des trois autres évêques de la Fraternité sera traitée séparément et individuellement." Mgr Fellay a-t-il convaincu Rome qu'en aucun cas les autres évêques le suivraient s'il signait l'accord ? A-t-il aussi renoncé à les convaincre ? Ou est-ce le Vatican qui, sur la base des courriers divulgués – et peut-être aussi d'informations non publiquement diffusées – anticipe une scission au sein de la FSSPX ?

 

  1. divulgation de lettres privées, contestations ouvertement affirmées,… []
  2. de manière relative malgré tout : l'obéissance au pape n'étant pas toujours à la hauteur de ce qu'on attend de la vertu d'obéissance []
  3. en tout cas avec Benoît XVI []

La dérive sectaire de la FSSPX

Une nouvelle étape a été franchie aujourd’hui dans les relations entre Rome et la FSSPX, après la rencontre entre Mgr Fellay (FSSPX) et Mgr Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi le 16 mars 2012. La FSSPX est appelée à clarifier sa réponse sur le préambule doctrinal, texte sur lequel les deux parties doivent s’accorder avant d’entamer une autre étape qui verrait le retour « plein » de la FSSPX dans le giron de l’Église romaine.

Jean-Marie Guénois livre une analyse intéressante de cette étape et, bien loin d’y voir un ultimatum de la part du Vatican, il y voit toujours la volonté de Benoit XVI de parvenir à la pleine réconciliation. Je ne doute pas de la bonne volonté du Pape. Je ne doute pas, a priori, de celle de Mgr Fellay. Mais enfin, on lit des choses sur le site de la Porte Latine assez effarantes de la part de gens qui disent vouloir revenir dans le giron de l’Église. J’y reviens.

Mais avant, essayons d’être plus précis. La FSSPX ne dit pas exactement qu’elle veut revenir dans l’Église. Puisque c’est la fraternité qui est fidèle au magistère de l’Église tandis que Rome est rongée par le modernisme émanant du concile Vatican II. Comment demander à des personnes de faire un pas alors qu’elles estiment que c’est à l’autre, qui s’est écartée, de le faire ? Tout le dilemme de la FSSPX est là. Comment revenir vers Rome, comment avoir un statut canonique reconnu, alors qu’elle estime que c’est à Rome de revenir à la situation prévalant avant Vatican II ?

Reste une réalité. C’est bien Mgr Lefebvre qui a franchi le rubicond en désobéissant à Jean-Paul II, c’est bien la FSSPX qui s’est bâtie sur une opposition, parfois farouche, au Pape.

Mais revenons à un autre événement, passé un peu inaperçu sans doute, et qui en dit long sur la volonté supposée de réconciliation.

Il se trouve que, récemment, un évêque a procédé à des confirmations dans une paroisse tenue par la FSSPX. Cela se passe en Corse, à Ajaccio. Alors que d’aucuns y verraient une heureuse initiative – un évêque acceptant de célébrer selon le rite saint Pie V dans une paroisse tradi – une partie du landernau tradi s’en offusque. Je ne vous détaillerai pas les différents arguments avancés par les uns ou les autres, allez faire un tour sur les forum tradis, c’est assez éloquent [1]. Trahison du curé de la FSSPX, piège tendu par l’évêque, manipulations, rien ne trouve grâce à leurs yeux. Mais bon, on le sait, sur un forum, les gens parlent, c’est comme au Café du Commerce, cela ne confère en rien d’une position officielle.

Mais voilà qu’hier (le 16 mars donc), le district de France de la FSSPX, en la personne de l’abbé de Cacqueray, a diffusé un communiqué, officiel celui-là. Vous y lirez la justification, le pourquoi du comment, les accusations d’affront, les prétendues incohérences, etc. Mais là n’est pas l’essentiel.

L’essentiel est dans cette phrase :

(…) étant donné que nous ne reconnaissons pas la valeur et la sainteté de la messe ou des sacrements célébrés selon la forme ordinaire (…)

Oui, vous avez bien lu. On parle ici de la forme ordinaire de la célébration. De la forme utilisée par Benoit XVI pour célébrer.

Alors, me direz-vous, c’est peut-être une mauvaise formulation, des mots qui s’entrechoquent, qui s’assemblent mal et qui disent, finalement, pas tout à fait, voire le contraire, de ce qu’on voulait dire.

Sauf que cet argument est pensé, remâché, asséné par la FSSPX. Lors de ses vœux pour l’année 2011, l’abbé de Cacqueray avait longuement argumenté en ce sens. Il allait du reste plus loin. Les fidèles de la FSSPX étaient conseillés (et dans le milieu tradi, la frontière est ténue entre un conseil et un ordre) de ne pas assister aux messes, même célébrées selon le rite saint Pie V, si elles le sont par des prêtres n’appartenant pas à la FSSPX.

(…) il nous faut encore citer ces autres messes de saint Pie V célébrées à la faveur des indults successifs, puis finalement du motu proprio. Il est vrai que nous vous en déconseillons la fréquentation.

Alors donc, le pape viendrait-il lui-même célébrer la messe dans une paroisse voisine que ces bons, pardon vrais, catholiques préféreraient ne pas y assister. C’est précisément ce que je qualifie de dérive sectaire.

Vous comprendrez donc les réserves que j’évoquais en début de ce billet. Et je ne peux m’empêcher une question : comment Benoit XVI peut-il réagir quand il lit cette prose du supérieur du district de France de la FSSPX ?

  1. Notons cependant qu’hors FSSPX il y a tout de même des Tradis qui se réjouissent du geste : La Revue Item ou Riposte Catholique par exemple []

Sur le concile Vatican II

Je m'interrogeais dans cet article sur le caractère dogmatique ou non du concile Vatican II. Non pas que cette question soit d'une importance extrême pour vivre sa foi, je m'intéresse pour ma part assez peu de savoir quel est le sexe des anges. J'ai tant à faire pour essayer de vivre l'Evangile !

Cependant, n'écartons pas l'importance de cette question puisque les discussions entre le Vatican et la FSSPX tournent autour de ce point. Hors justement, un des arguments principaux des lefevristes est que le concile Vatican II est un concile uniquement pastoral, qu'il n'a énoncé aucun dogme [1], et donc que l'adhésion aux énoncés de ce concile est en quelque sorte facultative.

Une voix, dissonante, publiée dans l'Osservatore Romano, journal du Vatican, traite du sujet et dit à peu près le contraire de ce que dit la FSSPX. Ce texte est écrit par Mgr Ocáriz, vicaire général de la Prélature de l'Opus Dei. Il semble qu'il a participé lui-même aux discussions qui ont lieu depuis 2 ans entre le Vatican et la FSSPX.

En voici quelques extraits.

Tout d’abord, il ne semble pas inutile de rappeler que la visée pastorale du Concile ne signifie pas qu’il n’est pas doctrinal. Les perspectives pastorales se fondent, en effet, sur la doctrine, et il ne peut en être autrement.

Simple rappel de bon sens. L'Eglise n'a jamais énoncé autre chose que ce que les dogmes lui demandent de dire. On le lui reproche assez d'ailleurs, que ce soit sur le divorce ou la contraception.

Toutefois, le fait qu’un acte du Magistère de l’Église ne soit pas garanti par le charisme de l’infaillibilité ne signifie pas qu’il puisse être considéré comme « faillible », au sens où il transmettrait une « doctrine provisoire » ou encore des « opinions autorisées ».

C'est un des arguments que l'on lit souvent sur les forums tradis : puisque le Pape n'a pas engagé son infaillibilité, c'est donc qu'on peut faire fi de ce qu'il dit. Hors le dogme de l'infaillibilté n'a été promulgué qu'au Concile Vatican I (en 1870) : est-ce à dire que les conciles antérieurs ne valent rien ? Notons encore que l'infaillibilité n'a été invoquée qu'une seule fois pour définir le dogme de l'Assomption de la Vierge Marie en 1950.

Le Concile Vatican II doit non seulement être interprété à la lumière des documents magistériels précédents, mais certains de ces derniers sont également mieux compris à la lumière de Vatican II. Cela n’a rien de nouveau dans l’histoire de l’Église. Qu’on se rappelle, par exemple, que des notions importantes pour la formulation de la foi trinitaire et christologique utilisées au premier Concile de Nicée (hypóstasis, ousía) virent leur signification profonde précisée par les Conciles postérieurs.

Il est bon de rappeler certaines évidences : oui, l'enseignement de l'Eglise peut et doit s'interpréter à la lumière du passé, du présent et du futur. Rien n'est figé. Les situations politiques et sociétales sont aujourd'hui radicalement différentes de celles qui prévalaient il y a 500 ou 1000 ans. Remettre en perspective tel ou tel "dogme" ou enseignement est une nécessité intellectuelle et spirituelle. Mais c'est un chemin de foi.

 

Est-ce un signal que le Vatican vient d'envoyer à la FSSPX pour lui signifier qu'il y a des lignes à ne pas franchir ? C'est sans doute le cas. Gageons que la réponse des tradis ne se fera pas attendre. A suivre donc.

  1. je ne suis pas historien, mais il me semble que tous les conciles précédents ont énoncé au moins un dogme []