Arrêtons avec l’euthanasie !

Image du site http://www.7sur7.beLa pression se fait de plus en plus forte pour instiller dans les esprits que l'euthanasie est une solution parmi d'autres, mise au même niveau que les soins.

Je lis ce matin avec effarement un article du Figaro sur un film belge primé au festival de cinéma de Rome. Ce film s'intitule "Kill Me Please" (tue-moi s'il te plait). Je n'ai pas vu le film, je n'en dirais donc rien. Par contre l'article du Figaro, signé Richard Heuzé, va dans le sens du vent en présentant l'euthanasie sous un jour acceptable : "Cette comédie grotesque et tout à fait politiquement incorrecte, tournée en noir et blanc, traite de l'euthanasie dans la clinique privée du docteur Kruger, d'une manière légère. Elle la dédramatise en la présentant comme un simple acte médicalement assisté." Je ne sais, à ce stade, si le film tourne en dérision le fait de considérer l'euthanasie comme un "simple acte médicalement assisté", auquel cas la chose serait acceptable. Mais j'en doute.

L'article présente ce film sous un beau jour, convenable, et que j'interprète comme une sorte d'apologie de l'euthanasie.

Récemment, un sondage IFOP pour le journal Sud-Ouest [1] tendait à démontrer qu'une vaste majorité de Français est favorable à l'euthanasie. Y compris parmi les catholiques (pratiquants ou non pratiquants) [2]. Par ailleurs, une association demande l'ouverture d'un débat au parlement.

Je constate avec tristesse que, dans le sondage évoqué plus haut, les "catholiques" sont, parmi les autres groupes classés par religion [3], ceux qui sont le plus favorables à l'euthanasie.

Alors, à tous ceux qui se disent catholiques, je vous propose de relire le Catéchisme de l'Église Catholique qui dit, dans son article 2277 que : "Ainsi une action ou une omission qui, de soi ou dans l’intention, donne la mort afin de supprimer la douleur, constitue un meurtre gravement contraire à la dignité de la personne humaine et au respect du Dieu vivant, son Créateur. L’erreur de jugement dans laquelle on peut être tombé de bonne foi, ne change pas la nature de cet acte meurtrier, toujours à proscrire et à exclure."

Je compatis évidemment avec ceux qui sont en charge de personnes gravement malades, dont la fin est sans doute proche et qui s'accompagne de souffrances. Oui, ces situations sont difficiles à vivre. Oui, elles nous imposent leur violence. Oui, elles nous interpellent et nous posent la question de la souffrance et de la mort. Oui, elles nous demandent de la compassion, du temps, des regards, des paroles, des gestes (n'est-ce pas cela, au fond, l'amour du prochain ?).

Mais jamais, au grand jamais, elles ne doivent trouver leur conclusion par un meurtre. Car l'euthanasie est un meurtre.

  1. Je vous invite vraiment à télécharger le résultat du sondage en entier, c'est édifiant []
  2. Je ne connais pas les critères utilisés par les instituts de sondage pour décréter qu'un catholique pratique ou non []
  3. il y a 4 groupes : catholiques pratiquants et non pratiquants, musulmans, autre religion, sans religion []