Joyeux Noël

Chers lecteurs, joyeux Noël ! Certes, en ce 28 décembre, vous me direz que c’est un peu tardif. Eh bien non ! Comme l’a rappelé fort opportunément le père Lemessin, nous sommes dans l’octave de Noël, donc pendant huit jours, on peut se souhaiter joyeux Noël !

J’aime beaucoup cette fête de Noël. Le temps de préparation, la joie des petits et des grands, la présence nombreuse dans nos églises, tant de choses réchauffent le coeur. Et puis, comme je l’ai écrit dans ce billet l’an dernier, l’incarnation est pour moi est des plus beaux mystères. Nous ne croyons pas en un Dieu lointain et distant. Non, le Dieu auquel nous croyons est venu parmi nous pour témoigner ce qu’Il est.

Noël donne de la joie, parce que Dieu nous rejoint et parce que, de là, nait une grande espérance. Et Il nous a rejoint non pas par en haut, mais par en bas, dans l’humilité et le dénuement. Et les premiers à se prosterner devant Lui sont des bergers, comme Le Caravage l’a magnifiquement illustré dans le tableau ci-contre.

Un mot personnel : cette fin d’année est malheureusement bien plus chargée d’un point de vue professionnel et ce blog tourne vraiment au ralenti. J’avais prévu quelques travaux qui sont donc différés. Je vous remercie en tout cas, les statistiques de l’année montrent une augmentation sensible du nombre de visiteurs. Merci à vous.

CA sur Twitter

Eh oui, on n'arrête pas le progrès ! Le site Catholique Aujourd'hui, CA pour les intimes, est désormais présent sur Twitter.

 

Je découvre ce mode de communication, je vais essayer d'en apprendre les codes. Je le crois, peut-être à tort, assez complémentaire à celui-ci.

N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et surtout de vos conseils.

Questionnaire de Proust

Allez, un billet ludique et qui dévoilera un coin du voile de l'anonymat : mes réponses au questionnaire de Proust.

Ma vertu préférée ? l'honnêteté intellectuelle.

Le principal trait de mon caractère ? l’indépendance

La qualité que je préfère chez les hommes ? la fraternité.

La qualité que je préfère chez les femmes ? la fraternité (et la douceur).

Mon principal défaut ? de croire trop souvent que je n'en ai pas.

Ma principale qualité ? peut-être d'être incapable de répondre à cette question, mais il ne faut en tirer aucune conclusion.

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ? la fidélité.

Mon occupation préférée ? aucune en particulier. Chance ou malchance ?

Mon rêve de bonheur ? savoir rendre les autres heureux.

Quel serait mon plus grand malheur ? qu'on me démontre, sans aucune réfutation possible, que Jésus était un imposteur. Malheur peu probable donc.

A part moi-même qui voudrais-je être ? personne, je me bats pour être moi-même, pas pour être un autre.

Le pays où j’aimerais vivre ? New York, pendant un temps. 

La couleur que je préfère ? le bleu profond et immaculé d'un ciel sans nuage.

La fleur que je préfère ? la rose, sans discussion ("Et je ne garderais/Pour habiller mon âme/Que l'idée d'un rosier/Et qu'un prénom de femme", Jacques Brel, Le Dernier Repas).

L’oiseau que je préfère ? la mouette, quand elle joue avec le vent.

Mes auteurs favoris en prose ? Maupassant, Gary / Ajar, Camus, Molière.

Mes poètes préférés ? Baudelaire, qui a si bien décrit la part d'ombre des hommes.

Mes héros dans la fiction ? les personnages récurrents des polars (américains), désabusés et si avertis de l'âme humaine ; le personnage joué par Robert de Niro dans Voyage au bout de l'enfer de Michael Cimino ; celui de Paris, Texas de Win Wenders

Mes héroïnes favorites ? le personnage joué par C. Deneuve dans les Parapluies de Cherbourg

Mes compositeurs préférés ? Bach, de plus en plus. Mozart, Beethoven, Vivaldi, Schubert.

Mes peintres préférés ? Van Gogh, et Fra Angelico bien sûr

Mes héros dans la vie réelle ? tous ceux qui se battent pour garder leur dignité. Sans faire de bruit.

Mes héroïnes préférées dans la vie réelle ? les mères de famille, dont on prend souvent peu conscience des charges énormes qui pèsent sur elles.

Mes héros dans l’histoire ? les résistants, dont le premier d'entre eux : Jean Moulin. Mon admiration n'a pas de limites pour ces hommes-là.

Ce que je déteste le plus ? le matérialisme.

Le personnage historique que je déteste le plus ? je n'ai pas la détestation facile, mais je dirais Ponce-Pilate, non pas tant parce qu'il a laissé condamner Jésus mais parce qu'il s'en est lavé les mains.

Les faits historiques que je méprise le plus ? ceux liés à la traîtrise.

Le fait militaire que j’estime le plus ? le débarquement en Normandie, débuté le 6 juin 1944.

La réforme que j’estime le plus ? l’abolition de l'esclavage.

Le don de la nature que je voudrais avoir ? l’humilité, l'indispensable humilité.

Comment j’aimerais mourir ? dans mon lit, entouré des miens.

L’état présent de mon esprit ? un peu désabusé par l'inconstance humaine, mais gardant foi en l'homme parce que Dieu lui tient la main.

La faute qui m’inspire le plus d’indulgence ? toute faute avouée, avec un vrai repentir…

Ma devise ? "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".

Entrez dans les églises !

S’il y a une chose que j’apprécie, c’est de pouvoir entrer dans une église lorsque celle-ci est déserte ou presque. J’aime particulièrement y pénétrer pour m’abstraire du monde environnant, pour aller là où le bruit de la ville ne parvient plus qu’atténué, pour me retrouver…

Car je me retrouve dans une église ! Parfois perdu dans ce monde trop souvent brutal et peu charitable, j’aime à me retrouver dans la maison de Dieu.

L’été, pour y trouver aussi une fraîcheur bienfaisante.

Entre deux rendez-vous ou entre deux courses. Pendant la pause repas du midi.

Je ne suis pas sectaire. Toute église me convient : chapelle, cathédrale, basilique, romane ou gothique, moderne même, au style baroque ou épuré, belle ou laide (si, si, il y en a malheureusement).

Pour quelques secondes ou pour plusieurs minutes.

Pour m’asseoir seulement, ou pour prier plus longuement.

En laissant souvent un lumignon ou un cierge.

Un lieu : la basilique Saint-Sernin à Toulouse, à la fois majestueuse, pure et d’une grande simplicité.

Un rêve : être seul dans Notre-Dame de Paris.

Une frustration : il y a quelques années, alors que j’avais appris dans la matinée le décès accidentel d’un collègue, j’eus le besoin irrépressible d’aller prier dans une église. Entre midi et deux, je pris ma voiture et cherchai une église. J’en trouvais plusieurs : toutes fermées !

Un souvenir : la petite église romane en Picardie, en craie blanche, dans laquelle je m’arrêtais, adolescent, lorsque je me baladais en vélo.

Vous avez des soucis ? Vous cherchez un moment de paix que le monde moderne ne peut vous offrir ? Ou alors vous êtes heureux, vous avez envie de dire merci à quelqu’un, de rendre grâce ?

N’ayez pas peur : entrez donc dans une église !

Aimez-vous écrire ?

Hier, j’ai fêté mon 100e billet. Eh oui, 100 déjà. Comme j’ai eu l’occasion de le dire ici, c’est à la fois peu et beaucoup. Je n’aurais pas imaginé lorsque j’ai pris la décision de lancer ce blog d’arriver à ce chiffre : on écrit toujours moins que ce que l’on voudrait, mais toujours plus que ce que l’on craint.

Ce chiffre symbolique de 100 me donne envie d’ouvrir la porte et les fenêtres. Donc je vous pose la question, à vous lecteurs de passage ou plus assidus, avez-vous envie d’écrire ?

Allez, je pose la question autrement : vous parcourez les nombreux blogs qui peuplent la blogosphère, vous commentez en général abondamment les articles que vous lisez, vous êtes passionnés, vous avez envie de partager vos opinions, vos idées, vos doutes, votre foi. Mais vous ne vous sentez pas d’attaque pour partir seul à l’aventure : mis à part les problèmes techniques qui peuvent malgré résolus très facilement, tenir un blog demande une certaine constance, une régularité dont vous sentez bien qu’elles risquent de vous faire défaut.

Alors, à plusieurs, c’est peut-être mieux : l’entraide, les conseils, les avis sur tel ou tel point, la joie de partager.

Vous aimeriez mais vous n’osez pas ? Contactez-moi. Qu’avez-vous à perdre ? Au pire, nous ne trouverons pas de terrain d’entente. Au demeurant, je ne suis pas extrêmement exigeant : je demande juste une adhésion à la ligne directrice de ce blog, et quelques points que j’ai écrit dans cette charte qui résume les conditions.

A bientôt peut-être.

Meilleurs voeux pour l’année 2011

Chers lecteurs,

Chers passants,

Chers lecteurs en passant,

je vous souhaite une belle et paisible année 2011.

Que vous puissiez trouver dans vos vies la petite étincelle qui vous rapproche de Dieu et du Christ.

Que vous puissiez aller vers l'autre comme le Christ est venu vers nous.

Que vous trouviez le réconfort autour de vous.

Que vous trouviez la paix en vous.