2 films pour la semaine Sainte

En cette semaine Sainte, je souhaiterais partager avec vous 2 films qui, chacun dans leur genre, peuvent aider à porter votre prière et vous aider à cheminer vers Pâques.

La Passion du Christ

Affiche du film "La Passion du Christ"

D’abord, le film « La Passion du Christ » de Mel Gibson. Ce film a suscité la polémique quand il est sorti (en 2004). Que n’a-t-on dit sur Mel Gibson lui-même ? Illuminé, conservateur, il n’a rien compris aux Ecritures, que sais-je encore ? Les catholiques étaient gênés, les critiques de cinéma ont eu beau jeu, sous couvert de critiquer certains aspects cinématographiques du film, de descendre en flèche ce film. Il est tout de même amusant de constater que la vie de certains réalisateurs n’entrent pas en ligne de compte, et c’est tant mieux, quand il s’agit d’encenser leur film. Quant aux critiques sur le film, et notamment la scène, tant décriée, où l’on voit le corps de Jésus ensanglanté et marqué par les coups de fouets, il me semble avoir vu pire dans d’autres films, ceux de Tarantino par exemple. Un résumé pondéré des critiques émises lors de la sortie du film est disponible ici.

Je ne considère cependant pas ce film comme un chef d’oeuvre : je regrette certains effets de style, notamment les nombreux ralentis qui n’apportent pas grand-chose. Je ne considère pas non plus qu’il représente la meilleure approche pour décrire la vie de Jésus et notamment sa passion. Cependant, la réalité est là. Celle des évangiles. Jésus a bien été fouetté, on lui a mis une couronne d’épines, on lui a craché dessus. Quant à la crucifixion, tous les spécialistes s’accordent à dire qu’elle est un des supplices les plus terribles à vivre. Bref, Mel Gibson a fait un choix et choisi le parti-pris d’une vision très doloriste de la vie de Jésus.

(suite…)

Bienvenue, le film

 

"Bienvenue" est la traduction en français du titre du film de Philippe Lioret "Welcome", film que j'ai vu hier pour la première fois. Philippe Lioret est l'auteur du très beau film "Je vais bien, ne t'en fais pas".

Ce film m'a bouleversé par sa sensibilité, sa finesse d'analyse sur un sujet difficile et très polémique.

L'histoire qui nous est narrée est celle d'un maître-nageur qui décide d'aider un jeune irakien en lui apprenant à nager pour qu'il traverse la Manche depuis Calais. Il y va à rebours, mais devant la volonté farouche de ce jeune de 17 ans, il décide de lui apporter tout son support. Il l'héberge, le nourrit, l'aide. C'est réprimé par la loi. Un voisin le dénonce. Il est convoqué au commissariat, est placé en garde à vue. Vincent Lindon, épatant, tient le rôle du maître-nageur. Les autres acteurs sont très justes, notamment le jeune Turc.

Je ne veux pas faire ici un commentaire politique du problème, ô combien complexe. Je souhaite juste vous faire partager quelques sentiments que j'ai sur le sujet. Comment ne pas être ému par ce jeune qui a fait plus de 4000 km, en partie à pied, pour essayer de rejoindre celle qu'il aime en Angleterre ? Certes, il s'est mis dans une situation irrégulière, mais comment ne pas prendre en compte la détresse humaine qui pousse quelqu'un à partir de sa terre, à quitter ses amis, à fuir la misère, les violences, la guerre ?

N'est-ce pas un devoir que d'aider ces gens-là ? De leur apporter un peu de réconfort ? La limite est évidemment très fine entre l'impératif d'assistance à personne en danger et le respect scrupuleux de la loi. En regardant ce film, j'ai bien sûr pensé à ce passage de l'évangile de Saint Luc sur le bon Samaritain (Lc 10, 29-42). Et il me semblait que le maître-nageur n'agissait pas autrement que ce bon Samaritain de l'Évangile.

Et c'est bien de l'Amour du prochain dont il s'agit ! Si, en plus du film que je vous conseille vivement (cf la bande-annonce ci-après), vous voulez poursuivre votre réflexion, vous pouvez lire l'instruction Erga migrantes Caritas Christi ou l'entretien afférent de Mgr Schockert.