Photo by Ban Yido on Unsplash

J’ai regardé, lors de sa diffusion en mars 2018, le documentaire « Pédophilie : un silence de cathédrale« . Je m’étais ému l’an dernier dans ce billet, suite à l’émission Cash Investigation, de l’inertie apparente de l’Eglise sur la difficile gestion des cas de pédophilie.

Ce documentaire m’a laissé le même goût amer avec le sentiment, diffus mais tenace, que l’Eglise de France ne fait pas encore tout ce qu’il faut pour lutter contre la pédophilie. Comme je l’ai déjà écrit dans le billet pré-cité, je n’attends pas de l’Eglise qu’elle traque et débusque elle-même les pédophiles qui sont, au demeurant, des personnalités manipulatrices et qui savent mieux que quiconque passer entre les gouttes.

Mais là où j’attends que l’Eglise soit irréprochable, c’est dans l’écoute de la parole des victimes et la tolérance zéro vis-à-vis des prêtres ou religieux pédophiles. Or s’il est avéré que les lignes bougent, grâce notamment à l’association La Parole Libérée,  et que certains évêques ou institutions ont pris la mesure du problème (coup de chapeau à l’évêque d’Orléans, Mgr Blaquart, cité en exemple dans le documentaire), si le pape François, suite à son voyage au Chili, semble avoir mieux pris en compte ce fléau, l’écoute des victimes et la sanction des fautifs, il est malheureusement manifeste qu’on est encore trop souvent dans le déni et la protection de ceux qui sont des violeurs d’enfants.

Et il semble encore difficile pour l’Eglise d’accepter de regarder les victimes en face. Le refus, relaté par le père Joulain, d’inviter une victime lors de la conférence des évêques à Lourdes montre bien le chemin qu’il reste à parcourir.

Alors, suite au visionnage du documentaire Pédophile, un silence de cathédrale, j’ai voulu voir où en était les fameuses cellules d’écoute qui devaient être mises en place dans chaque diocèse. J’ai voulu voir si les mots de Mgr Pontier (« Conscients que nous pouvons faire mieux et davantage, nous voulons mettre en place les moyens de l’écoute, du soutien, de l’accompagnement pour que les attentes et besoins de chaque victime puissent être entendues ») avaient été suivis d’effet.

Et les résultats, me semble-t-il, sont encore loin de ce qu’on est en droit d’espérer pour une Eglise qui se veut proche des plus faibles.

 

La méthodologie

J’ai voulu vérifier quelques points simples :

  1. Est-ce qu’une cellule d’écoute a été mise en place dans chaque diocèse ?
  2. Est-ce que les informations relatives à cette cellule se trouve facilement sur le site internet du diocèse?

J’ai donc pris la liste des 93 diocèses fournis par le site de L’Eglise catholique en France, et j’ai visité chacun des 93 sites diocésains. Seul un, en travaux, n’a pas été évalué (celui du diocèse de Troyes).

Pour faire cette vérification, j’ai noté les résultats pour chacune des étapes décrites ci-dessous. La même démarche a été appliquée pour tous les sites internet, sans distinction. Cette évaluation a été effectuée en 2 temps : début avril, un premier recencesement a été fait. Puis, lors du week-end du 9 & 10 juin 2018, tous les sites ont été revus. Au moins, si cela n’empêche peut-être pas quelques erreurs, au moins cela tend-il à les minimiser.

La procédure était donc composé des étapes suivantes :

  1. Est-ce que cette information est directement accessible depuis la page d’accueil du site ? En général, il s’agit d’un encart sur lequel on peut cliquer et qui ouvre une page dédiée ou qui renvoie vers le site Lutter contre la pédophilie
  2. Si je ne trouve pas d’information sur la page d’accueil, je parcours les menus du site qui sont proposés : est-ce qu’un des intitulés m’indique que je pourrais accéder à l’information recherchée ?
  3. Enfin, en cas d’échec aux étapes 1 & 2, j’ai utilisé le champ Recherche sur le site en tapant le mot : « pédophilie » (et uniquement ce mot, j’aurais pu y adjoindre le mot « cellule »)

Donc, c’est uniquement lorque l’étape 1 est infructueuse que je passe à l’étape 2, et uniquement lorsque l’étape 2 est infructueuse (et donc la 1 aussi) que je passe à l’étape 3.

Dans le tableau présenté plus bas, voici comment interprété les valeurs de chaque colonne:

  • Page d’accueil : « Oui » si l’information est accessible depuis cette page, « Non » dans le cas contraire
  • Via Menu : si « Non » dans le cas précédent, les Menus sont inspectés: « Oui », si l’intitulé d’un menu est explicite et donne accès à une page, « Non » si rien n’est trouvé
  • Recherche : est-ce que la recherche sur le site par mot-clé « pédophilie » amène à une page du site ou au site Lutter contre la pédophilie; lorsque la recherche renvoie vers des actualités, diocésaines ou nationales, la réponse « Non » est attribuée, mais cela est mentionné en commentaires
  • Page spécifique site : « Oui » si une page spécifique a été trouvé sur le site, « Non » dans le cas contraite. A noter : les sites qui renvoient uniquement vers le site Lutter contre la pédophilie se voient attribuer « Non » pour ce champ. Une page spécifique est une page, voire quelques mots dans certains cas, indiquant qu’une cellule a été mise en place au niveau diocésain
  • Courriel : est-ce qu’une adresse courriel spécifique au diocèse est fourni ? l’email national paroledevictimes(arobase)cef.fr n’est pas pris en compte ici
  • Téléphone : est-ce qu’un numéro de téléphone spécifique au diocèse est fourni ? Le numéro de téléphone national n’est pas pris en compte
  • Commentaires

Résultats

Les résultats sont globalement décevants. Un peu plus de la moitié (60.4%) des 92 diocèses évalués proposent une information dédiée sur leur site. Seulement 40 diocèses sur 92 (43.5%) fournissent une information explicite sur la page d’accueil de leur site. Je n’ai pas établi de statistiques sur la taille de chaque diocèse ni établi des corrélations entre ces résultats et la taille de chauqe diocèse., mais on note beaucoup de « petits » diocèses ou des diocèses « ruraux » parmi les mauvais élèves (Auch, Albi, Blois, Saint Flour, etc). Cependant, certains « gros » diocèses sont clairement à la traîne eux aussi : Créteil, Montpellier, Nanterre, Nice ou Paris ne fournissent aucune information sur leur page d’accueil !

cliquer sur l’image pour agrandir

cliquer sur l’image pour agrandir

 

Quelques statistiques pour résumer l’état des lieux :

  • Sites n’ayant aucune information en page d’accueil 56.5% 56.5%
  • Parmi ceux-si, sites dont aucun menu ne donne accès à l’information 88.5% 88.5%
  • Parmi ceux-ci, sites dont la fonction « Recherche » ne donne rien 50% 50%

Quelles difficultés ?

Il n’y a évidemment aucune difficulté technique à insérer ou relayer une information sur un site internet. J’ai d’ailleurs été agréablement surpris par la qualité de réalisation de la plupart des sites (seuls moins d’un quart semble utiliser des technos web un peu anciennes). Par ailleurs, certains des sites, qui ne mettent aucune info sur la pédophilie, publient sans difficulté sur la problématique bio-éthique (qui apparait dans une grande proportion des sites) ou pour appeler aux dons !

La difficulté réside dans le fait de mettre en place une cellule d’écoute, ce qui suppose d’avoir des moyens pour … écouter, comprendre, savoir réagir. Et je comprends que cela soit difficile pour les « petits » diocèses. Mais est-ce qu’en pareil cas, renvoyer vers le numéro du secrétariat est opportun ? Je ne le pense pas, même si l’intention est louable (peut-être que le dit secrétariat renvoie ensuite vers une cellule d’écoute … qui n’est pas mentionnée sur le site !).

Seuls 58% des diocèses proposent une adresse email dédiée et seulement 35% un numéro d’appel. C’est compréhensible pour les petits diocèses. Cela l’est moins pour les diocèses de Nantes ou Strasbourg qui ne proposent pas de numéro de téléphone.

%

des sites ne fournissent aucune information

%

des sites proposent une adresse email

%

des sites proposent un numéro de téléphone

Bilan

Comme je l’écrivais plus haut, je trouve ce bilan mitigé et il m’a déçu. Quelques gros diocèses semblent être très frileux sur le sujet, beaucoup de petits semblent s’en désintéresser, Le minimum qu’on puisse attendre est de relayer l’information du site Lutter contre la pédophilie.

Mais le plus incompréhensible pour moi, c’est de constater que 23 diocèses sur 92 (soit 25% tout de même) ne fournissent pas l’once d’une information sur ce sujet. Désintérêt ? Résidus de cette culture du secret et de la protection des clercs ? Je ne sais, mais cela prouve qu’il reste encore du travail !