ChristCroix_DelacroixLa Croix est un mystère. Que peut-on comprendre à un Dieu proclamé qui se laisse clouer sur une Croix, sans offrir aucune résistance ? Jésus n’a pas cherché à échapper au baiser de Judas. Il a demandé à Pierre de ranger son épée. Il ne s’est pas défendu devant le grand prêtre ou devant Ponce Pilate.

« C’est un scandale! »

Le Christ a avancé vers l’inéluctable, sans rien dire ni maudire. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jn, 15, 13) Scandale pour le lecteur d’aujourd’hui (et sans doute aussi celui d’hier). J’ai beau aimer de toutes mes forces mon épouse, mes enfants, je ne sais pas si ces forces iraient jusqu’à ce que je donne ma vie pour eux. Parce que je serais lâche, parce que j’aurais peur. Parce que mon humanité imparfaite est pétrie de limites, d’égoïsme, de moi-je.

Autre scandale, le silence de Dieu. Inacceptable pour beaucoup, pour quasiment tous. Au pied de la Croix, il n’y a plus que Marie et Jean, les gardes et les badauds qui se repaissent du spectacle. Les disciples sont partis. Jésus est quasiment seul. Même Dieu est absent. Son Père, notre Père, se tait, Lui qui pourtant s’est manifesté à d’autres moments, comme lors du baptême de Jésus. Quoi ? Au moment le plus critique de la vie de son Fils, Il se tait, Il reste en retrait ? Scandale ! Est-ce ce qu’on attend d’un père ? Jésus s’écrit alors : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Ps 21)

Je (re)lisais hier soir un passage du livre « Joie de croire, Joie de vivre » et le père Varillon donne un éclairage fort intéressant sur ce silence et cette absence (apparente).

Dieu N’est QU’amour

Le silence de Dieu lorsque Jésus Christ est crucifié est le signe de son Amour pour nous. Le scandale devient paradoxe. Oui, si Dieu se tait, c’est parce qu’Il aime l’humanité pleinement, c’est parce qu’Il n’est qu’amour. Si Dieu s’était manifesté ce jour-là, c’eut été une manifestation de sa force, un signe de puissance. Or la seule puissance de Dieu, c’est celle de l’Amour. Dieu ne peut que ce que l’Amour peut. En se taisant, Il montre à l’humanité qu’Il l’aime et qu’Il la laisse libre. Si Dieu n’avait pas laissé son Fils – pleinement homme, rappelons-le – aller au bout de son calvaire, Il renonçait à épouser pleinement notre humanité. Or Dieu a voulu épouser pleinement notre humanité. Il a voulu que son Fils soit pleinement homme, qu’il vive ce que tout homme peut vivre : les rires, les joies, les tristesses, les angoisses, les souffrances.

Quand Jésus dit qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime, il ne peut aller que jusqu’au bout. Lui seul le peut d’ailleurs, parce que Lui seul sait aimer pleinement, dans une gratuité absolue. La révolte de Pierre, toute compréhensible qu’elle fut, était hérétique.

Voilà comment le scandale de la Croix devient un mystère [1].

Voilà comment la contemplation de la Croix nous dit que Dieu nous aime pleinement.

Et la résurrection de Jésus à venir, prémisse de la nôtre, le signe éclatant que Dieu ne nous abandonne pas.

Très joyeuses fêtes de Pâques à toutes et tous !

  1. Qui, selon Saint Augustin, n’est pas ce que l’on ne comprend pas, mais ce qu’on n’a jamais fini de comprendre []