photo_calepinsLes chiffres – Je sais, on fait dire ce qu’on veut aux chiffres. Surtout quand on omet de les mettre en perspective. Or qu’est-ce qu’un chiffre si on ne sait pas à quoi il correspond ? Des chiffres, on en a eu récemment. En pagaille. A foison. A ne plus que savoir en faire. Tiens, les paysans ont obtenu 3 milliards d’euro d’aide en 3 ans. Pas mal. Je sais bien qu’aujourd’hui, on ne fait plus grand-chose avec 100 millions. Mais bon sang, 3 milliards donnés comme ça pour 50 tracteurs sur un périph’ ! Il y a quelques temps, la cour des comptes s’alarmait de l’augmentation du coût des demandeurs d’asile : 990 millions par an. Tiens, on y est presque au 3 milliards sur 3 ans. Exorbitant d’un côté, acceptable de l’autre ? Bizarre, bizarre. Où la cour des comptes nous apprend qu’un demandeur d’asile (non débouté) coûte 13724 euros par an, soit 37,6 euros par jour. Beaucoup, pas beaucoup ? Trop ? 3 milliards, c’est 72 865 demandeurs d’asile pendant 3 ans…

100 000 réfugiés sont arrivés en Europe par la Méditerranée pendant les 6 premiers mois de 2015. Cela semble énorme. Pourtant, comparer aux 450 millions d’habitants de l’Union Européenne, cela ne fait plus que 0.02%. 1 personne pour 4500 habitants. A l’échelle d’une ville comme Paris, cela fait 444 personnes.

Autre chiffre de la semaine : les 80 millions d’euro payés pour un joueur de foot par le club de Manchester United. Vraiment beaucoup ? Ce n’est finalement que le coût annuel de 5 829 demandeurs d’asile. Non déboutés. Soit 0,01% de la population française.

Les migrants – Après la bataille des chiffres, la bataille des mots (et des images). Faut-il les appeler migrants ou réfugiés ? Migrant, ai-je lu quelque part, permettrait de rétablir la vérité. Tous ne sont pas des réfugiés. Certains ne fuient pas la guerre ou la famine, ils viennent pour profiter de nos paysages, de nos femmes et de nos allocs ! D’autres – parfois les mêmes – nous rappellent qu’il ne faut pas se laisser émouvoir par quelques photos prises ça et là sur les rivages ou dans des camions autrichiens. Eh bien, je revendique le droit, si ce n’est le devoir moral, de me laisser émouvoir par ces pauvres, ces démunis de tout, ces opprimés qui n’ont d’autre salut que de fuir leur pays, leur terre ravagée, leur maison brûlée, leurs églises ou leurs mosquées incendiées, non pas pour profiter d’un système, non pas pour l’envie de vivre ailleurs, mais pour SURVIVRE. Que la question de leur accueil soit plus que délicate, j’en suis le premier convaincu. Est-ce que la seule perspective pour endiguer ces vases communicants est de monter des murs le long de nos frontières ? N’y a-t-il aucun mécanisme de solidarité à mettre en œuvre ? Tiens, soyons fous, n’y a-t-il aucune action à entreprendre en amont, pour que ces migrants puissent rester chez eux et y vivre paisiblement ? Un monde à revoir, sans nul doute.

Le programme du FN – Allez, je vais encore me faire quelques amis. On me reprochera sans doute de revenir sur l’invitation de M. Maréchal-Le Pen par le diocèse de Toulon, que je trouvais troublante (et désolé, cette invitation ne passe toujours pas). Parmi les arguments que j’ai entendus – et Dieu sait s’il y en eut – j’ai entendu avec une certaine stupeur celui qui laisse accroire que, finalement, le programme du FN est sans doute le plus proche de la doctrine de l’Église catholique. MMLP a d’ailleurs commencé son intervention en rappelant ce point et, bien sûr, l’assistance l’a applaudi. Et de citer l’avortement, l’euthanasie et le mariage pour tous. L’avortement ? Pas un mot dans le programme de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2012. Qu’en dit MMLP : « Soyons clairs, le Front National n’est pas pour l’abrogation de l’avortement. Il n’a jamais été question de renvoyer les femmes aux « aiguilles à tricoter » comme nous le reprochent des adversaires de mauvaise foi. » L’euthanasie ? Quelques communiqués que vous trouverez là. On attendra, si jamais F. Hollande décide à appliquer sa proposition 21, de voir alors la position du FN. Le mariage pour tous ? Marine Le Pen annonce qu’elle abrogera la loi si elle accède au pouvoir. Là aussi, on verra bien ce qu’il en est à l’heure du programme pour 2017. Bref, j’ai du mal à comprendre qu’on puisse voir dans le programme du FN une proximité forte avec la doctrine sociale de l’Église. A moins de considérer que le mariage pour tous l’emporte sur tout autre sujet. Ce serait triste si c’était le cas…