Aime-Morot-Le-bon-SamaritainVous connaissez tous la parabole du bon Samaritain. Un docteur de la Loi (juive) demande à Jésus : « Mais qui est mon prochain ? » après que Jésus lui ai dit qu’il fallait aimer Dieu et son prochain. Jésus ne répond pas directement à sa question, mais va plutôt l’enseigner en lui racontant cette parabole.

Résumons : un homme est laissé pour mort sur le bord de la route, un prêtre et un lévite passent successivement à côté de lui, et l’ignorent. Un samaritain (ennemi des Juifs) le voit et, saisi de compassion, le soigne, l’amène à une auberge et pourvoit à ses dépenses. [1].

Oui, mais ! Car il y a toujours un mais, semble-t-il. Qui était cet homme retrouvé sur le bord de la route ? Qu’avait-il fait pour être frappé et dépouillé ? A moins que ce ne fut lui l’agresseur ? A-t-il menti et triché ? Ne serait-ce pas le bon sens du prêtre et du lévite qu’il faudrait louer plutôt ? N’est-ce pas eux qui ont fait preuve de bon sens en laissant cet homme (un criminel peut-être !) dans le fossé ?

Passer devant lui comme si de rien n’était semble finalement l’attitude la plus juste vis-à-vis de la collectivité. Et qu’on ne vienne pas dire qu’ils n’ont pas fait preuve de charité. Car la charité, sans justice, n’est pas de la charité. C’est de la faiblesse. Et puis, qu’aurait fait un prêtre ou un lévite avec ce mendiant, à part mettre en péril leur réputation ?

Bon, concédons qu’ils auraient pu, tout de même, au minimum, s’enquérir de son état, de vérifier s’il était vraiment blessé et de prodiguer quelques soins si les blessures étaient sérieuses. Mais de là à l’emmener à l’hôtel du coin, prendre soin de lui, et payer tous les frais le temps qu’il se rétablisse, faut quand même pas pousser mémé dans les orties ! L’aider, n’était-ce pas envoyer un bien mauvais signal à tous ces hommes de mauvais chemin et les inciter à profiter de la situation ? N’était-ce pas prendre le risque de donner une seconde chance à un homme dont on ne sait rien ? Et s’il avait été d’une autre tribu ? Et s’il n’avait pas cru au Dieu des juifs ? Et s’il avait été païen ?

Imaginons ce qu’est devenu cet homme ensuite, ce que la parabole ne dit malheureusement pas. A-t-il ne serait-ce que dit « merci » ? Non, peut-être même pas un « merci »… Pis même, pensez qu’il a peut-être piqué dans la caisse de l’aubergiste et détroussé un des autres pensionnaires, avant de s’enfuir et de fomenter, encore, quelques mauvais coups. N’est-ce pas la preuve que ce sont le prêtre et le lévite qui ont eu raison ?

Oui, sans nul doute, le bon Samaritain était vraiment un con.

<o——————————————————————————————————-o>

Voilà ce à quoi j’ai pensé en lisant nombre de commentaires sur la grave crise migratoire qui a lieu en ce moment et l’exode massif de milliers de personnes. Oui, car même après la déclaration du Pape François demandant à chaque paroisse d’héberger une famille (pas 2, pas 10, pas 100, mais une), les répliques ont fusé contre ce gauchiste qui ne connait rien à l’Europe… Et puis de quoi se mêle-t-il ? Et puis saint Jean-Paul II, qu’on ressort opportunément, a dit qu’il était légitime de maîtriser ses frontières…

Tristesse de lire ces propos, aussi, de la part de catholiques revendiqués !

La parabole que Jésus a raconté à ce scribe a la mérite de la clarté.

On ne sait rien de l’homme au bord du chemin. On ne sait évidemment pas s’il est juif, samaritain, ou romain. Peu importe. On sait juste qu’il est blessé et laissé pour mort.

Que sait-on de ce Samaritain ? Qu’il fut saisi de compassion. Qu’est-ce que la compassion : c’est un sentiment qui porte à plaindre autrui et à partager ses maux. Un sentiment, une émotion. Pas une analyse rationnelle, pesant le pour et le contre. Non, juste un élan de son cœur. De cet élan même que l’on reproche à ceux qui peuvent se laisser émouvoir par telle ou telle photo…

Et que dit Jésus à ce docteur de la Loi, obligé de reconnaître la valeur de l’action du Samaritain : « Va, et toi aussi, fais de même ».

« VA, ET TOI AUSSI, FAIS DE MÊME » !

  1. Pour le texte complet, vous pouvez le lire , à partir du verset 30 []