Ainsi donc, l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon, l’OSP, a décidé d’inviter Marion Maréchal-Le Pen à la 5ème édition de l’Université d’été de la Sainte-Baume. Cette invitation sème un léger trouble parmi une partie des catholiques et tend, un peu plus, à accentuer l’écart entre les catholiques dits progressistes et ceux dits conservateurs. Pour être clair, je fais partie des personnes troublées par cette invitation.

Et je suis finalement plus troublé par les justifications, empreintes d’une bonne dose d’hypocrisie, que par l’invitation elle-même.

Les faits

Le thème de l’université d’été est « Médias et Vérité: « La Vérité vous rendra libres » (Jn, VIII, 32). Thème intéressant même si, de prime abord je ne voyais de lien spécifique entre cette célèbre phrase de Jésus et les médias. Mais pourquoi pas, c’est aussi le but de ces universités d’été que d’aller plus loin sur tel ou tel sujet. Je vous laisse découvrir l’agenda de ces journées. Marion Maréchal-Le Pen (MMLP) intervient le dernier jour (le samedi 28 août), dans une table ronde intitulée : « Politique et Médias« . A cette table ronde participent une personne de Sens Commun, une des Républicains, une de gauche, une du journal Famille Chrétienne et Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

Je note que cette table ronde ne semble pas traiter spécifiquement du thème de l’université d’été, même s’il est probable que l’un ou l’autre des intervenants sera questionné sur les liens entre la vérité (Vérité ?) et les médias. Pas de spécificité chrétienne non plus en apparence, n’importe quel politique pourrait intervenir sur ce sujet. On avance pour justifier l’invitation de MMLP qu’elle est catholique pratiquante. Les autres invités (politiques) le sont-ils aussi ? Bref, sans contester la légitimé de MMLP d’intervenir sur ce sujet, pas plus ni moins compétente qu’un(e) autre, je ne vois a priori pas en quoi elle devait être invitée.

Mon trouble

Inviter une personne à table ronde, c’est inviter un expert qui a un avis autorisé sur la question. C’est lui demander de donner son point de vue, de développer ses arguments, voire de débattre avec les autres participants (ça, ça dépend largement du modérateur). On offre en quelque sorte une tribune à l’expert qui vient pour éclairer l’assistance, non pas pour être contredit, si ce n’est par les autres participants, mais mon expérience en la matière est que les débats lors d’une table ronde sont généralement assez feutrés (du moins dans le milieu technique et scientifique).

Que MMLP ait des choses à dire sur le sujet, cela ne fait aucun doute. Est-ce que son avis sur la question, son positionnement, celui de son parti, en fait une interlocutrice indispensable ? Au final, un DSK ou un Cahuzac auraient été tout aussi pertinents sur le sujet (oui, j’ai bien conscience de provoquer un peu en jettant ces 2 noms-là en pâture).

Bref, inviter MMLP à cette table ronde, sur un sujet sur lequel elle n’est pas plus concernée qu’un autre politique, c’est lui donner une place de choix lors de ces journées. C’est donner le signal qu’un élu du FN peut participer tranquillement à une table ronde organisée par un diocèse. C’est du reste ce que disent les organisateurs.

Quand l’auto-justification tourne en rond

Devant l’émoi d’une partie des catholiques – sans compter les autres -, les organisateurs ont donné quelques arguments.

MMLP est catholique pratiquante

Devant cet argument, on aimerait savoir si tous les autres participants – et ceux des années passées – sont des catholiques pratiquants. Un des organisateurs dit même : « Nous n’aurions pas invité Marine Le Pen, ou Florian Philippot ». Ah bon ? Leur avis à cette table ronde aurait-il été moins pertinent ? A l’inverse, Bruno Gollnish est catholique pratiquant. Il aurait aussi pu être invité. Noter que dans ce cas, être catholique pratiquant ne prémunit pas d’avoir des tendances révisionnistes.

Pourquoi pas le FN ?

Jusqu’ici, l’Église s’était mise à distance du FN, parti qui a toujours véhiculé des idées nauséabondes. Et ce n’est pas le ripolinage de façade effectué par l’exclusion de J.M. Le Pen qui change quelque chose au fond. Le FN est un parti d’extrême-droite, même si ses relents maurrassiens semblent lui donner un compatibilité avec le catholicisme. Pendant longtemps, le FN récoltait, parmi les catholiques, principalement les voix des tradis, tendance Mgr Lefebvre. Beaucoup ont été déçus, notamment depuis la prise en main du parti par le duo Marine Le Pen et Florian Philippot. On voit aujourd’hui le glissement électoral qui s’est produit, comme l’explique cet article.

Alors pourquoi pas le FN ? Le FN est-il moins catholique que LR ou le PS (ne parlons pas du Front de gauche) ? Aucun parti n’est catholique. Et si le FN peut avoir des positions proches de l’Eglise (sur les sujets sociétaux notamment, comme le rappelle MMLP), elle a par ailleurs des positions complètement antagonistes. Réciproquement, l’Église doit-elle chercher à se reconnaître dans tel ou tel parti ?

Alors, Mgr Rey dit qu’il inviterait sans problème une personnalité d’extrême-gauche, confirmant d’ailleurs par là qu’il faudrait faire le pendant à … l’extrême-droite. Sauf qu’il ne le fait pas.

Il faut parler au FN

C’est sans doute là le clou des arguments : il faut parler au FN, ce n’est pas bien d’ostraciser quelqu’un. Au niveau individuel, cela va de soi. Je côtoie des électeurs du FN, j’en ai même dans ma famille. Bien sûr que je leur parle. Et il est évident qu’aucune consigne venant de la hiérarchie catholique n’interdira de parler aux électeurs du FN, ni à quiconque d’ailleurs.

Mais, là, on parle d’un événement public, on parle d’une tribune offerte à une élue FN, numéro 3 dans la hiérarchie de son parti, peut-être bientôt présidente d’une très grande région.

Mrg Rey dit : « Il ne s’agit pas d’être complaisant, mais c’est l’occasion, au contraire, d’interpeller le FN sur son rapport à l’immigration, sa vision de l’homme et du vivre ensemble dans une société pluraliste. » C’est beau, c’est joli, sauf que, primo, ce n’est pas le thème de la table ronde; secundo, le format d’une table ronde n’est pas prioritairement d’interpeller les participants mais de les écouter nous donner leur avis sur tel ou tel sujet (même si des questions peuvent être échangées).

Sur Facebook, lors de quelques échanges, et on m’a rétorqué que le Pape avait dit qu’il fallait aller aux périphéries et que donc parler au FN allait dans ce sens. Oh le vilain détournement de paroles ! Oh la mesquinerie intellectuelle qui voudrait faire croire qu’inviter une élue de premier plan d’un parti qui fait 30% aux élections, c’est aller évangéliser les périphéries. Franchement, de qui se moque-t-on ?

Je pourrais rétorquer que je croyais que l’Église devrait être à contre-courant du monde, ne pas s’y laisser prendre. Ce qui est vrai pour certains sujets ne le serait subitement plus pour un parti dont on dit qu’on ne peut plus l’ignorer sous prétexte qu’il a des succès électoraux ?

Et la suite

Le vote FN est une épine dans les pieds des partis politiques depuis 20 ans. Pourrait-il l’être dans celui de l’Église ? Il y a des précédents malheureux et je me désole que l’Église ait soutenu des Franco ou des Pinochet. Va-t-elle soutenir le FN si d’aventure MLP arrivait au pouvoir ? (et il est certain que celle-ci saura faire ce qu’il faut pour complaire à l’Église).

J’espère pour ma part qu’Elle saura rester à égale distance de tous les partis, comme elle l’a fait plutôt bien jusqu’à présent. L’invitation de MMLP est un petit accroc, insignifiant, qui du reste n’engage pas l’Église de France. Mais c’est aussi comme ça que, petit à petit, l’oiseau fait son nid.