S'il est un livre que je ne peux que vous conseiller de lire, c'est bien celui-là. Je vais plus loin : tout catho qui a pour objectif de vivre plus pleinement sa foi devrait l'ouvrir et se préparer à se remettre à jour question péché, à rire, et à se prendre quelques claques (de celles qui font grandir, bien sûr).

Ce livre parle du péché. Oh certes, le monde dans lequel nous vivons n'incite pas à se préoccuper de cette chose poussiéreuse qu'est le péché. Ben oui, avouez-le, le péché, n'est-ce pas un peu dépassé ! Eh bien, non ! Et non seulement ce livre vous le démontrera aussi brillamment que ludiquement, mais il peut vous aider à progresser en la matière. Oui, chère lectrice, cher lecteur, malgré toute l'estime que j'ai pour vous, bien qu'ayant la certitude que vous êtes proches de la sainteté, je gage que le péché fait partie de votre vie (comme il fait partie de la mienne, mais, ça, en me lisant, vous le saviez déjà).

Ce livre est important parce qu'il n'élude pas ce qui fait mal à tout chrétien : cette magnifique volonté d'être bon érodée, parfois brisée, par ces maux qui nous rongent. Il n'y a pas de foi sans combat spirituel. Satan existe et il veut notre perte. Charles Baudelaire a magnifiquement illustré cela dans le magnifique poème Au lecteur, en introduction des Fleurs du Mal :

Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.

 

Les 7 péchés capitaux ou ce mal qui nous tient tête

Ce livre de Pascal Ide, écrit en collaboration avec Luc Adrian, nous explique d'abord en quoi le péché est capital, quels sont ces fameux 7 péchés capitaux et comment ils nous gangrènent. Visibles et facilement identifiables, ou alors enfouis et difficilement cernables, ces péchés-là nous mènent la vie dure. Et ces péchés capitaux sont à la source de nombreuses fautes. Ils constituent une sorte de matrice qu'il faut apprendre à dessécher avant qu'elle ne diffuse son venin dans tout le corps.

Chaque péché capital fait l'objet d'un chapître et on trouve peu ou prou les mêmes rubriques :

– Qu'est-ce que le péché en question ?
– Est-ce vraiment un péché ? En quoi est-ce un péché capital ?
– Comment se dissimule-t-il ? Comment le reconnaître ?
– Comment y remédier ?

Mais ce qui fait le sel de ce livre, c'est à la fois son humour et sa façon de nous relier concrètement au monde dans lequel on vit. Ces deux points sont plus particulièrement mis en avant dans deux rubriques :
T@ctique du diable dans laquelle Emailzebull écrit à son neveu ce qu'il faut faire pour nous éloigner de CQFD [1]
A vos écrans, dans laquelle les auteurs illustrent le péché en question par un film : un bon moyen, je trouve, de faire le lien entre quelque chose de spirituel et un film (mais on pourrait l'étendre à d'autres oeuvres artistiques) profane.

 

Les 7 péchés capitaux

Tout d'abord, l'orgueil, surnommé le capitaine des capitaux. Entre égoïsme, repli sur soi, fausse indépendance, pas facile d'y échapper en réalité. Et c'est le préféré de Satan : "L'orgueil, mon neveu, c'est ma spécialité, mon péché mignon, ma recette préférée. Je l'ai testé une fois, sur un couple, dans un jardin, au tout début de cette sale histoire. (…)"

Ensuite, vient la gourmandise. J'ai été assez surpris, à vrai dire, de voir la gourmandise classée au rang des péchés capitaux. Et pourtant ! D'ailleurs, le temps de carême est aussi un temps pour lutter contre ce péché, tellement niée par notre époque consumériste et pour qui aucune jouissance ne doit être contrainte.

La luxure. Spontanément, tout le monde aurait cité ce péché comme étant capital. C'est peut-être le chapitre qu'on lit en ayant l'impression de ne rien apprendre – oui, l'adultère, c'est mal, oui, la sexualité débridée est une aliénation – mais c'est un chapitre qui remet en cause parce qu'on touche du doigt (si j'ose dire !) ce qu'est un combat face à la tentation et l'engagement, libre, vers Dieu. Je vous laisse découvrir ce que dit Emailzebull à son neveu à ce sujet…

Pas de surprise non plus concernant l'avarice. Qu'il est pénible celui-là à nous faire préférer l'avoir à l'être, à nous fermer tant de fois, à polluer nos rapports aux autres, y compris et surtout dans le cercle familial. A lire aussi le beau passage sur l'avarice spirituelle.

La jalousie est un des péchés dont les auteurs nous disent qu'il est l'un de ceux dont nous avons le plus honte, que nous avons le plus de mal à reconnaître. Et puis, il est vrai qu'il n'est pas toujours facile de tracer une limite entre une amertume et une tristesse intime légitime – celle du célibataire qui apprend qu'un ami va se marier par exemple – et cette exaspération dès qu'un autre réussit quelque chose. Ce péché est très bien illustré par le film Le talentueux M. Ripley.

La colère fait aussi partie de ces péchés que l'on reconnait facilement. Ce peut être même un art de vivre dans certaines régions du sud de la France. Un mini-regret pour cette partie : les auteurs ne parlent pas du fameux épisode où Jésus chasse les marchands du temple. Dommage, j'aurais aimé avoir leur avis sur ce passage.

Enfin, last but not least, la paresse. Pas uniquement celle qui nous fait préférer une grasse matinée à la messe du dimanche matin, mais aussi – et surtout – cette paresse spirituelle qui endort l'âme, ce que les théologiens appellent l'acédie. Quand la paresse se teinte de dégoût, quand résonnent dans nos têtes des "à quoi bon ?" à chaque velléité de mouvement, l'heure est grave. Ce péché, que je connais particulièrement bien, est aussi très symptomatique de notre époque. Non pas qu'il est nouveau mais parce qu'on le pare souvent de la vertu. Mais c'est un poison. Silencieux. Discret. Qui sape les fondations. Et l'on comprend alors pourquoi Jésus nous a dit de bâtir sur le roc !

 

Conclusion

C'est un livre réjouissant. D'abord, parce qu'il est drôle, bien écrit, truffé de citations tantôt profondes, tantôt amusantes. Et aussi, et surtout parce qu'il ne se prend pas au sérieux. Et savoir prendre nos péchés avec une once d'humour est peut-être le commencement d'une vie plus sainte !

  1. si vous lisez ce livre, vous saurez qui est CQFD… []