Je ne retranscris pas l’évangile du jour, très long. Alors que nous lisions cette année la passion selon saint Marc durant le Dimanche des Rameaux, c’est celle selon saint Jean qui est lue, aux chapitres 18 et 19.

De nombreux événements ont lieu entre le moment où Jésus et ses apôtres vont à Gethsemani (notez que saint Jean ne mentionne qu’un jardin) et celui où le Christ est mis au tombeau. Et ces événements ont naturellement beaucoup inspiré les peintres et sculpteurs.

Le choix de tableaux présentés est donc, encore plus cette fois-ci, très sélectif. Les peintres peu choisis jusqu’ici ont été privilégiés.

Détrempe sur bois de Giovanni di PaoloPinacothèque du Vatican, 1430-1435.

Tout est là.
Les deux groupes d’apôtres endormis.
Jésus qui accepte la Coupe qui lui est apportée par un ange.
Les soldats, guidés par Judas, arrivent en rang serré.

La nuit est sombre. Judas donne son baiser, et c’est l’empoignade. Jésus est saisi, Pierre résiste et tranche l’oreille d’un garde.

Mais il regarde Jésus et comprend qu’il n’y a rien à faire. Jésus, malgré ce tumulte, est très calme.

Détrempe et huile sur bois de Hiéronymus BoschStädelsches Kunstinstitut, Frankfurt, 1475-1480.

Jésus est présenté à la foule par Pilate qui prononce son fameux « Ecce Homo » (Voici l’homme). La foule vocifère « Crucifie-le ».

Ces paroles sont inscrites sur le tableau lui-même, à côté des personnages qui les prononcent.

En bas, des personnages quasiment effacés disent : « Sauve-nous, Christ rédempteur ».

Huile sur bois d’Eugène DelacroixMuseum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, 1845.

J’aime beaucoup cette représentation assez inhabituelle du Christ en croix, sans savoir dire exactement pourquoi.

Probablement, parce que le « flou » rend la description assez mystérieuse, faisant écho au mystère de la croix.

Les tons, ainsi que ce fond noir duquel la lumière du Christ éclate, donnent beaucoup de majesté à cette scène.

 

Détrempe sur bois de Fra AngelicoAlte Pinakothek, Munich, 1438-1440.

Représentation « simple » de la mise au tombeau du Christ. Joseph d’Arimathie enveloppe le corps du Christ avec le linceul acheté, Marie et l’apôtre Jean l’accompagne.

Huile sur bois de Hans Memling, Galleria Sabauda, Turin, 1470-1471.

Etonnant tableau dans lequel tous les épisodes depuis le Dimanche des Rameaux (en haut à gauche)jusqu’à la résurrection du Christ (à droite) sont représentés.

Un tableau à agrandir !

 


Je ne suis pas exégète, ni spécialiste de l’art. Mais j’aime la peinture, surtout quand elle peut aider à méditer la parole de Dieu.

Pour voir en plus grande taille ces tableaux, il suffit de cliquer sur chaque image.

Ces images de tableaux proviennent du site http://www.wga.hu (site anglophone) qui a aimablement accepté leur utilisation pour ce blog.