La vie est belle. Au-delà de cette maxime que je fais mienne, nonobstant les difficultés que l’on peut rencontrer, c’est du film dont je veux vous parler. Enfin, d’un film devrais-je dire. Non pas celui de Roberto Begnigni mais celui de Franck Capra, tourné en 1943.

Ce film, que j’ai revu hier soir, est un enchantement. Un film à voir et à revoir, et à mettre sous tous les yeux.

L’histoire

L’histoire qui nous est narrée est celle de George Bailey (magnifiquement interprété par James Stewart) qui, toute sa vie, a choisi d’aider les autres plutôt que de privilégier son bonheur personnel. Son rêve à lui, depuis tout gosse, c’était d’être explorateur, de parcourir le monde, de découvrir l’Europe et les contrées lointaines. Plusieurs fois, il aurait pu faire ce choix, mais, soit par devoir, soit par charité, il a choisi de rester. Pour sauver l’entreprise de son père, pour attendre que son frère finisse ses études, etc. Bref, un gars tourné vers les autres, un altruiste comme on n’en fait plus. Qui ne court pas après l’argent.

Il lutte contre un potentat local, homme cynique, avide de pouvoir et d’argent. Celui-ci n’a qu’une obsession : le détruire. Ce qu’il parvient à faire. George doit alors faire face au déshonneur et à la ruine. Il décide alors de se tuer.

Mais c’est sans compter sur son ange gardien qui veille sur lui.

Je ne vous en dis pas plus, pour tous ceux qui n’ont pas vu le film.

Mes impressions

Oui, ce film est un enchantement. Il vous met de bonne humeur, il vous rend joyeux. Ce film est plein de bons sentiments, ce qui manque parfois tant à la production cinématographique actuelle. Rendez-vous compte, ce film ose montrer que les bonnes actions sont récompensées, que les mauvaises ne le sont pas, qu’être gentil peut être payé de retour, même et surtout si on n’a pas agi avec cette finalité-là dans le coeur, que les prières peuvent servir à quelque chose et que, parfois, on donne beaucoup de boulot à son ange gardien.

Niaiserie que tout cela ? Quel dommage si vous le pensez.

J’assume pour ma part totalement ce déluge de bons sentiments et n’ai qu’un conseil à vous donner : voyez ce film si vous ne l’avez jamais vu. Il vous donnera une pêche d’enfer. Et puis, peut-être aussi, il vous fera vous poser cette question : comment serait le monde si je n’étais pas né ?

Addendum

Ce film est diffusé assez régulièrement sur les chaînes thématiques de cinéma. Sinon, on le trouve assez facilement en DVD, en vente sur internet par les grandes enseignes.