Joie de croire, joie de vivre" est un recueil de conférences données par le père François Varillon sur les points majeurs de la foi chrétienne.

Une synthèse des principaux enseignements du père Varillon, organisée par chapitre, est proposée. Le lecteur pourra se référer aux billets suivants :

– Le Père François Varillon, introduction au livre Joie de croire, joie de vivre

– Joie de croire, joie de vivre – Introduction (1/2)

– Joie de croire, joie de vivre – Introduction (2/2)

– Joie de croire, joie de vivre – 1ère partie : Le Christ (1/4)

– Joie de croire, joie de vivre – 1ère partie : Le Christ (2/4)

– Joie de croire, joie de vivre – 1ère partie : Le Christ (3/4)

Note : le texte qui suit se veut une synthèse fidèle du livre et, implicitement, les opinions, avis et discours tenus sont ceux de François Varillon. Le texte fera, le cas échéant, explicitement apparaître mes propres commentaires.

 

Le Christ est ressuscité des morts et monté aux Cieux

La résurrection

Une phrase suffit à dire l'essentiel : "L'amour est plus fort que la mort, à condition qu'il soit d'abord plus fort que la vie". L'amour plus fort que la vie, c'est le sacrifice et la mort ; l'amour plus fort que la mort, c'est la résurrection. Le mystère pascal – mort et résurrection ensemble – est un mystère de transformation de l'homme charnel en homme spirituel, et même proprement divin par participation.

 

L'amour est un désir d'immortalité

Gabriel Marcel, comme le faisait saint Augustin dans ses Confessions, affirme l'immortalité à partir de la mort d'un être aimé. Il faut bien accepter la mort de l'être qui nous est cher, mais en son fond cette mort est inacceptable. Non pas par revendication du coeur, non pas à cause de la souffrance, mais par protestation de l'esprit. L'esprit ne peut pas dire non, parce que dire à quelqu'un : "Je t'aime" c'est équivalent de lui dire : "Tu ne mourras pas". Dans le "je t'aime" authentique (et cela est important, on sait que l'on dit bien souvent "je t'aime" de manière superficielle) est inscrit d'une écriture énigmatique un "Tu ne mourras pas" qui résiste au désespoir de la perte et à l'évidence sensible de la mort.

Le poème de Baudelaire, intitulé Hymne [1] , dit bien que l'amour est incorruptible, indestructible. Il est comme un appel d'infini. Mais si l'amour exige l'infini, il ne peut le donner. Il dit à l'être aimé : "Tu ne mourras pas", mais l'être aimé meurt. Il prétend à l'éternité (ou comme dit Baudelaire il verse en nous le goût de l'immortalité) mais en réalité il fait partie du monde de la mort.

 

Survivre par soi ou en un autre ?

Le mystère chrétien de la résurrection, c'est le triomphe de l'amour sur la mort. Mais qu'est-ce qui peut me rendre immortel alors que mon corps est voué à la poussière. Je ne peux survivre qu'en un autre qui subsistera quand moi je ne serai plus. Il y a plusieurs voies possibles pour subsister en un autre ou en d'autres, principalement deux : survivre en ses enfants, se prolonger en eux, et survivre dans la mémoire des hommes.

Mais on ne peut survivre en un autre que s'il existe un Autre qui soit immortel et qui m'aime assez pour m'accueillir avec Lui. On ne peut être immortel qu'en Dieu, si Dieu est Amour. Seul Dieu, qui m'aime, à le pouvoir, non pas de m'empêcher de mourir, mais de me ressusciter. Seul l'amour est plus fort que la mort. A condition qu'en moi l'amour ait été plus fort que la vie. Le mot est dans l'Évangile sous la forme suivante : "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime" (Jn, 15,13). C'est la définition même de la liberté. Être libre, c'est ne pas être esclave. Et de quoi l'homme fait de chair et de sang est-il plus esclave, sinon de vivre encore plus selon la chair et le sang ?

 

En Jésus seul, l'amour est plus fort que la vie

Dans l'histoire de l'humanité, un seul homme fut absolument libre, parce qu'un seul a parfaitement aimé. Un seul est homme en plénitude. Nous, nous nous efforçons d'aimer ; nous construisons péniblement notre liberté. Nous demeurons esclaves de beaucoup de choses et en bien des manières. Nous sommes attachés plus que détachés. Mais en nous, la vie, présente, biologique, mortelle, est plus forte que l'amour.

En Jésus seul, l'amour a été plus fort que la vie. Sa mort est la mort d'un homme absolument libre, absolument détaché de soi et de tout, totalement aimant. Comment Dieu ne l'accueillerait-il pas en Lui, afin qu'il vive éternellement en Lui ? Le Christ n'a vécu que par le Père et pour le Père, donc en un Autre plus qu'en soi. C'est cela l'amour : vivre en un autre. Mais vivre en un autre, c'est bien mourir à soi. Dire que Jésus est ressuscité ou que le Père l'a ressuscité, c'est dire que pour cet homme en qui l'amour a été plus fort que la vie, l'amour est pour toujours plus fort que la mort.

 

Le Christ ressuscité fonde notre immortalité

Livré à nous même, nous ne pourrions ressusciter. Mais le Christ nous dit : "Tu ne mourras pas" puisqu'il nous dit : "Je t'aime". Il y a en chaque homme quelque chose qui est digne d'être aimé, donc d'exister éternellement. C'est ce point mystérieux de nous-mêmes que le Christ rejoint dans sa Toute-Puissance de pardon. En nous pardonnant, le Christ nous ressuscite, nous rend, en dépit de notre médiocrité, capables de vie éternelle. C'est lui, et lui seul, qui fonde notre immortalité.

La vie ressuscitée est une vie transformée, ou transfigurée. Au ciel, nous demeurerons nous-mêmes ; c'est bien moi, et non un autre que moi, qui verrai Dieu dans sa gloire et qui vivrai de sa vie. Je ne serai pas un autre, je serai bien moi, mais devenu tout autre. Comme dit saint Paul, nous deviendrons un "corps spirituel".

 

L'Ascension

Le ciel, ou les cieux, où monte Jésus, c'est l'intimité de Dieu. Le ciel est le contact de l'être de l'homme avec l'être de Dieu, la rencontre intime de Dieu et de l'homme. En nous basant sur les paroles de Jésus, dans saint Jean : "Je vais vous préparer une place" (Jn14, 2) ou "Je veux que là où je suis, vous soyez avec moi" (Jn 14, 3), nous devons conclure que le ciel est l'avenir de l'homme, qu'il est l'avenir de l'humanité. L'Ascension est le signe qui inaugure le ciel, qui le fait exister.

L'Ascension est aussi le départ nécessaire du Christ. Un départ qui est un nouveau mode de présence, non plus extérieure et localisée, mais intérieure et universelle. Comme dit saint Paul, il est monté au ciel "afin de tout remplir" (Ep 4, 10).

L'Ascension est néanmoins un départ, en ce sens qu'il ne nous est plus possible, au moment où nous avons des décisions à prendre, de l'interroger pour qu'il nous dise ce qu'il faut faire. Certes, nous pouvons et nous devons l'interroger dans la prière. Mais il ne nous répond pas en nous ôtant la responsabilité de nos décisions et de nos actes. Dans le discours de la Cène, Jésus dit à ses apôtres : "Il vous est utile que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le Saint Esprit ne viendra pas" (Jn 16, 7)

Le Saint Esprit n'est pas celui qui dicte des décisions, il est celui qui les inspire. Dieu refusera toujours d'écrire lui-même notre histoire. S'il le faisait, il ne nous aimerait pas. Le vrai, ce n'est pas que Dieu a un projet sur l'homme, c'est que l'homme est le projet de Dieu.

Quand le Christ a disparu dans la nuée, les apôtres, nous dit saint Luc, restent les yeux levés au ciel. Alors les anges leur disent : "Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ?" (Ac 1, 9) Sous-entendu : ne perdez pas votre temps, vous avez une tâche à accomplir. Et pour accomplir cette tâche, il vous faudra faire preuve de courage et d'intelligence. Or le monde est complexe et méchant. Mais vous êtes des hommes adultes. Les chrétiens ne sont pas dispensés d'être des hommes.

C'est à nous qu'il appartient, en pleine responsabilité, de prendre des décisions qui conviennent pour l'avènement d'un monde plus humain? Le Christ est présent, lui, pour diviniser ce que nous humanisons. Pour nous faire passer [2], non pas demain, mais aujourd'hui, jour après jour, de la terre au ciel (le ciel étant l'intimité de Dieu). C'est là l'essentiel de la foi.

  1. Poème des fleurs du mal, que vous pouvez lire ici []
  2. Se rappeler que "Pâques" signifie "passage" []