Présidentielle 2012 oblige, on voit toutes sortes de sondage, quasiment chaque jour. Tous n'ont pas un intérêt majeur. Le Pélerin a publié un sondage sur le vote des catholiques et même si celui-ci n'échappe pas à la règle, il me semble intéressant d'en parler.

 

La méthode

Notons le nombre élevé de personnes sondées, plus de 2000. Comme la marge d'erreur diminue avec l'accroissement du nombre de sondés [1], ce sondage ne souffre apparemment pas de défaut à ce niveau.

Par contre, ce qui me gêne réellement, c'est le manque de définition. Qu'est-ce qu'un catholique pratique régulier ? Est-ce celui qui va à la messe tous les dimanche ? Et un pratiquant occasionnel ? J'avais lu quelque part – mais je ne sais plus où – que qu'un pratiquant allait à la messe une fois par mois au mois et qu'un occassionnel n'y allait qu'aux grandes fêtes (Noël, Pâques, …). Ici, pas d'explication, ou alors je ne l'ai pas trouvé.

Quant au non pratiquant, je me pose quand même de savoir ce qu'est un catholique non pratiquant ? En quoi se sent-il concerné par le discours de l'Eglise ou par les évangiles ? Mais ceci est un autre débat. 

Les résultats globaux

Que les "cathos" votent plus à droite qu'à gauche ne me surprend pas. La population catholique, notamment pratiquante, étant assez âgée, qu'elle penche donc à droite me paraît assez cohérent. Cette tendance est visible tant au premier qu'au second tour.

En complément des intentions de vote pour les différents candidats putatifs, le sondage présente aussi les dossiers jugés importants. On s'aperçoit alors qu'il y a une assez grande similitude entre l'ensemble des catholiques et l'ensemble des français. Pas de vraie distinction à ce niveau-là. On note par contre des disparités assez fortes entre les trois catégories de catholiques.

Quelques résultats étonnants

  • Je m'étonne du zéro pointé de Christine Boutin. Qu'elle soit très bas dans l'ensemble à cause de certaines valeurs qu'elle défend, soit. Mais que la candidate – sans doute la seule – qui fait autant référence au catholicisme et à ses valeurs ne recueille même pas une intention significative de vote chez les catholiques m'étonne vraiment. Est-ce sa personne qui rebute ? Ou est-ce finalement le signe que les valeurs qu'elle défend ne suscitent aucun intérêt, même chez les catholiques ?
  • A l'inverse, je suis assez stupéfait que 15% des pratiquants réguliers aillent vers Marine Le Pen. Et, je le dis tout de go, cela me gêne… ;
  • Pour le second tour, Nicolas Sarkozy recueille 75% des intentions de vote chez les catholiques pratiquants, score qui semble énorme et un tant soit peu biaisé ;
  • Sur les dossiers, comme écrit plus haut, pas de distinction majeure entre les cathos et les français. J'aurais attendu pourtant des scores plus haut sur la moralisation de la vie publique par exemple. Mais non. On pourra y voir un beau signe d'intégration !

Pour conclure

Peut-on dire à la lecture de ce sondage : "dites-moi pour qui vous votez, je vous dirais si vous êtes catho" ? Certes non, tant les résultats sont finalement peu discriminants. Peut-être la question concernant l'intention d'aller voter – les cathos sont-ils des citoyens plus actifs que la moyenne ? – aurait permis de distinguer un groupe avec un autre.

 

 

 

 

  1. Je vous renvoie à cette explication []