J’ai suivi de loin les primaires socialistes, j’ai vu quelques extraits des débats, j’ai lu les résumés publiés dans la presse. Je ne suis pas allé voter au premier tour, je n’irais probablement pas au second.

Image du site http://lewebpedagogique.com

Néanmoins, je trouve que l’organisation des primaires est un bel exercice démocratique. Quoiqu’en disent ses pourfendeurs, il me semble que tout ce qui peut éviter les nominations d’appareil est louable et souhaitable. Et je gage que ceux qui sont aujourd’hui contre (l’UMP, à quelques exceptions près) y viendront pour l’élection de 2017.

Mais là n’est pas mon propos. La question qui m’habite en ce moment, c’est de savoir sur quels critères je dois accorder mon vote à un homme ou une femme politique. L’équation est complexe, et je ne saurais y répondre ni rapidement ni facilement.

Je distingue deux catégories de positionnement (ou promesses) : d’un côté les questions économiques et politiques (place de la France dans le monde, choix écologiques, etc) et de l’autre côté les questions sociétales.

Je dois avouer que je me reconnais plutôt dans les « valeurs de gauche » pour ce qui est des premières questions : la défense des services publics, une meilleure répartition des richesses, une volonté d’apaiser les différentes communautés sont plutôt proches de ma sensibilité. Un exemple qui m’a ulcéré : le bouclier fiscal, véritable cadeau faits aux plus aisés en prétendant que les moins aisés en profiteraient par ricochet. Voilà cette ligne ultra-libérale de l’UMP à laquelle je ne souscris pas. Pas plus que je n’adhère au « on rase gratis » proféré si souvent pas les socialistes et leurs alliés.

Par contre, concernant les questions sociétales, je suis plutôt opposé aux valeurs dites de gauche : laïcité érigée au rang de dogme intangible, reniement des racines chrétiennes de notre pays, mariage et adoption accordés aux couples homosexuels, etc.

Or il se trouve que voter pour l’un consisterait à renier une partie de mes convictions, et réciproquement. En quelque sorte, entre gauche et droite mon coeur balance. Restent les extrêmes et le centre. Je me refuse à accorder ma voix aux extrêmes, le centre n’est pas toujours, loin s’en faut, convaincant.

Bref, pour en revenir à mon questionnement, quels sont les critères les plus importants ? Dois-je accorder mon vote à ceux qui sont proches de mon éthique personnelle sur les sujets sociétaux, et qui promeuvent des politiques assez immorales dans le domaine économique ? Ou, au contraire, dois-je mettre sous le boisseau les questions de société sous prétexte qu’elles sont moins importantes que les grands choix économiques ?

Bon, il me reste encore quelques mois pour affiner cette réflexion.

PS : aux élections précédentes (2007 et avant), j’ai plutôt privilégié les questions économiques mais ma réflexion évolue…