Différences de fond

J’ai voulu aborder en premier la liturgie, essentiellement parce que c’est souvent sur ce seul aspect que les différences sont vues entre les Traditionalistes et les catholiques en communion avec Rome. Pourtant, on peut dire que la liturgie n’est finalement que la partie émergée de l’iceberg, tant des désaccords importants, voire définitifs, ont trait au « fond », c’est-à-dire à la façon dont l’Église doit être conduite.

Je ne saurais faire par moi-même l’étalage de toutes les différences. Je peux néanmoins en donner quelques unes, celles qui sont les plus mises en avant et qui, sans doute, posent le plus de problème.

Le Concile Vatican II

​​Pour la FSSPX, le concile Vatican II est honni car source de tous les maux affectant l’Église. Il serait trop long de répertorier tous les points de désaccord. En fait, je crois que tout est désaccord et je ne pense pas qu’il y ait un seul point qui ait trouvé un agrément. Selon eux, le concile Vatican II vient contredire 2000 ans de magistère de l’Église et donc promeut l’erreur. Il est le symbole du modernisme qui aurait gagné l’Église.

L’ouverture au monde, la liberté religieuse, l’oecuménisme sont autant de pierres d’achoppement. Que dit le concile Vatican II, que beaucoup de gens, dont moi-même, connaissent finalement assez mal ? Dans Lumen Gentium, par exemple : « En effet, ceux qui, sans qu’il y ait de leur faute, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais cherchent pourtant Dieu d’un cœur sincère et s’efforcent, sous l’influence de sa grâce, d’agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, eux aussi peuvent arriver au salut éternel » [1]. Inacceptable pour les Traditionalistes. Les documents de base de Vatican II (les constitutions) sont complétés par des déclarations. Il est intéressant de lire Nostra Aetate ((Déclaration sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes)) et Dignitatis Humanae ((Déclaration sur le liberté religieuse)).

Quant à la position prise par la FSSPX, une documentation fournie est mise à disposition, que je vous laisse découvrir pour en savoir plus.

Théocentrisme versus anthropocentrisme

J’ai longtemps cru que la question liturgique n’était qu’une question de sensibilité, voire de nostalgie. J’ai connu beaucoup de personnes lorsque j’avais 10-15 ans (donc vers la fin des années 70) qui disaient être heureuses de retrouver les messes de leur enfance. Mais le problème de la liturgie dépasse largement les points évoqués ci-avant. L’un des reproches les plus virulents émanant destradis contre Vatican II, c’est d’avoir trop mis l’homme au centre de toute chose et, par là même, d’avoir reléguer Dieu à l’arrière-plan. Que l’attention soit portée aux autres et, rapidement, on se fait affubler de l’attribut « droit-de-l’hommiste », vraie insulte dans la bouche d’un tradi. L’ouverture au monde, la prise en compte des cultures et du contexte des autres pays est aussi très mal perçue. C’est ainsi que la rencontre d’Assise est considérée comme un mal absolu – j’y reviens plus loin.

J’ai le sentiment que, selon les Tradis, donner la primeur à l’homme revient à abaisser Dieu. Doit-il y avoir une limite entre le souci que l’on doit à l’autre et celui que l’on doit à Dieu ? Quels sont les deux plus grands commandements que Jésus nous a enseigné ? L’amour de Dieu et l’amour du prochain. Les deux sont indissociables. Pour moi, se soucier du sort de l’émigré, des roms, de mon voisin, de mon collègue, ne m’éloigne pas de Dieu (au contraire dirai-je). Alors pourquoi ce raidissement ? Probablement parce que des considérations politiques viennent se greffer, que de se préoccuper des droits des autres avant de leurs devoirs est le signe d’un gauchisme invétéré, ce qui est inenvisageable pour un Tradi, forcément de droite.

La nostalgie d’un monde révolu

Au fond, derrière l’appel à la Tradition, se cache aussi la nostalgie d’un monde révolu, que d’ailleurs beaucoup n’ont pas connu d’ailleurs. Nostalgie d’un monde où l’Église était omniprésente, où rien ne se décidait sans qu’elle ait au minimum son mot à dire, où le cosmopolitisme religieux n’existait pas. Le monde a changé, c’est un fait. Il prend un chemin que beaucoup de catholiques regrettent. Faut-il pour autant rester cramponner à une idée un peu biaisée du passé ? N’est-ce pas un poncif que de croire que c’était forcément mieux avant ? Il est vrai que certains vont encore plus loin, en semblant regretter le temps des croisades ou celui de la royauté.

Les discussions avec Rome et Benoît XVI

BenoÎt XVI a engagé des discussions avec la FSSPX sur Vatican II. Il semble que ces discussions, débutées fin 2009, soient achevées mais personne ne semble en connaître les conclusions. Vont-elles déboucher sur une prélature personnelle de la FSSPX, à l’instar de l’Opus Dei ? Comment la rattachement à Rome et Vatican peut-il se faire quand des propos très durs sont tenus régulièrement ? Nous verrons bien…

Deux blocages parmi d’autres

Les rencontres d’Assise

Ces rencontres inter-religieuses ont eu lieu dans la ville d’Assise, à l’initiative de Jean-Paul II, en 1986, 1993 et 2002. Benoît XVI en a prévu une à l’automne 2011.​ Inutile d’insister sur ce que peuvent en dire les fidèles de la FSSPX : rien moins qu’un scandale, le Pape étant forcément dans l’erreur. Rabaisser la religion catholique au même niveau que les religions du monde est inacceptable, alors même qu’il faudrait les convertir. Qu’en a dit le bienheureux Jean-Paul II ? « Le fait que nous sommes ici n’implique aucunement une intention de recherche un consensus religieux parmi nous ou négocier nos convictions et notre foi. Il ne signifie pas non plus que les religions soient réconciliées dans un engagement commun dans le cadre d’un projet mondialisé qui les dépasserait toutes.Pas plus que c’est une concession au relativisme religieux, parce chaque être humain doit sincèrement suivre sa conscience avec l’intention de rechercher et d’obéir à la Vérité. Notre réunion atteste seulement – et c’est sa signification réelle pour les gens de notre temps – que dans la grande bataille pour la paix, l’humanité, dans sa grande diversité, doit puiser de ses plus profondes et vivifiantes sources où la conscience est formée et sur laquelle est fondée l’action morale de tous. » [2]

​​La béatification de Jean-Paul II

La récente béatification de Jean-Paul II a rappelé la distance entre les Tradis de la FSSPX et le Vatican. En début de pontificat, beaucoup ont cru que Benoît XVI serait bienveillant et conciliant avec eux. La levée des excommunications, le motu proprio, l’engagement de discussions théologiques allaient dans ce sens. Mais, si j’ose dire, la lune de miel est finie, et nombreux sont ceux, sur les divers forums ou blogs, qui expriment leur déception, pour ne pas dire plus.

Le coup de poignard – avant celui d’Assise 2011 – a été la béatification de Jean-Paul II dont nous voyons à quel point il a été et est détesté par la FSSPX. Sans doute parce qu’il refusa d’autoriser MgrLefebvre à ordonner des évêques. Que ce pape ait pu être déclarer bienheureux est une sorte d’affront à cette communauté qui ne peut plus se permettre de transiger en rien. Si Jean-Paul II est réellement bienheureux, c’est-à-dire que par son intercession Dieu a donné un signe aux hommes, comment pouvoir le critiquer sur tel ou tel point ? Comme j’ai pu montrer à quel point le miracle attribué à Jean-Paul II était la pierre d’angle, la FSSPX a émis le doute sur le miracle même, Dieu et la FSSPX ne pouvant pas se tromper tous les deux…

Pour conclure

​​De par mon passé, je me sens toujours lié, un peu, à cette communauté qui m’intringue, parfois me fascine, mais qui trouve souvent bien peu grâce à mes yeux. Pourtant, comme beaucoup, j’aimerais des relations pacifiées, charitables comme celles qui devraient s’établir entre frères dans le Christ.

Avouons qu’il est difficile de discuter avec des gens qui, parce que vous êtes de l’Église (conciliaire), voit en vous un moderniste invétéré, doublé d’un gauchiste au minimum latent, triplé, si votre compte y est, d’un quasi apostat. Tant que les Tradis continueront de se croire seuls détenteurs de la vérité, seront aussi hautains que certains peuvent l’être, passeront leurs temps à critiquer le Pape, tel ou tel évêque ou prêtre, j’aurais du mal à aller très loin dans une relation fraternelle.

Soyons clair. Il y a des gens très bien chez les Tradis, qui vivent vraiment et sincèrement leur foi, dans un esprit de charité tout à fait remarquable. Mais une grande partie a quand même l’esprit belliqueux et bien peu charitable. La lecture des forums tradis étant, à ce titre, fort instructive.

Quelques sites du Tradiland

Les Tradis sont présents sur la toile. Toutes les tendances sont représentées. Les Tradis n’hésitent pas non plus à aller sur des sites « modernistes » (La Croix par exemple) afin de porter « la bonne parole ». La réciproque – c’est-à-dire l’acceptation dans leurs lieux de discussion des catholiques conciliaires est rarement de mise. Enfin, la lecture régulière du Forum Catholique montre qu’ils sont peu tendres « entre eux », l’invective forte, l’insulte pas toujours très éloignée. Je suis d’ailleurs étonné de voir qu’ils n’hésitent pas donner une telle image d’eux mêmes. Sans doute pour, ensuite, aller mieux faire la leçon aux autres.

  • Le Forum Catholique : célèbre forum qui a plus de 10 ans d’existence mais qui voit s’affronter deux tendances parmi les Tradis, ceux qui soutiennent le Pape, et ceux qui soutiennent la FSSPX ; le forum a été fermé temporairement suite aux excès de certains, puis rouvert avec des règles de modérations apparemment plus strictes ; les débats en sont depuis plus pacifiques mais n’ont pas été agréées pas tous
  • le forum FECIT : mécontents de l’évolution du webmestre du FC concernant la modération de certains propos tenus (contre le Pape par exemple), des anciens membres ont décidé d’ouvrir un forum dont la forme est très proche du FC
  • La Porte Latine, site officiel français de la FSSPX
  • DICI, organe de communication de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X
  • ​le blog de l’abbé Laguérie, avec une fréquence de parution assez lâche; l’abbé Laguérie, ancien curé de St Nicolas du Chardonnet, membre alors de la FSSPX, en a été exclu pour une raison que j’ignore
  • Le Salon Beige, tenu par des laïcs catholiques, orientés à droite, voire plus
  •  et bien d’autres encore…

Mise à jour du 15 juillet 2011

  • modification de la description du forum FECIT
  1. Lumen Gentium, chapitre II « Le Peuple de Dieu », article 16 « Les Non-Chrétiens » []
  2. traduit par mes soins à partir du texte anglais publié sur le site du Vatican []