Quelle belle journée que ce dimanche de la Miséricorde pendant lequel le pape Jean-Paul II a été béatifié.Cérémonie magnifique, d'une grande ferveur, avec une foule nombreuse. A ceux qui prédisaient et espéraient un échec en ont encore été pour leur frais.

J'ai suivi la cérémonie sur France 2 – pour combien de temps encore la chaîne du service public pourra-t-elle retransmettre ces cérémonies vaticanes ? – et j'ai écouté plus particulièrement l'homélie de Benoît XVI.

Cette homélie est retranscrite ici. On sait l'admiration qu'a Benoït XVI pour Jean-Paul II, qu'il a côtoyé durant 23 ans. "Je voudrais enfin rendre grâce à Dieu pour l'expérience personnelle qu'il m'a accordée, en collaborant pendant une longue période avec le bienheureux Pape Jean-Paul II".

J'ai surtout beaucoup été touché par la façon dont le Pape a affirmé à nouveau, avec force, sa foi dans le concile Vatican II. Et dans le contexte actuel, je ne crois pas que c'était fortuit, je crois même que c'est un message fort qui a été envoyé au monde, et d'abord aux catholiques eux-mêmes. Citant donc le nouveau bienheureux, on peut dire qu'il a fait siennes les paroles suivantes : "Je désire encore une fois exprimer ma gratitude à l'Esprit Saint pour le grand don du Concile Vatican II, envers lequel je me sens débiteur avec l'Église tout entière – et surtout avec l'épiscopat tout entier -. Je suis convaincu qu'il sera encore donné aux nouvelles générations de puiser pendant longtemps aux richesses que ce Concile du XXème siècle nous a offertes. En tant qu'évêque qui a participé à l'événement conciliaire du premier au dernier jour, je désire confier ce grand patrimoine à tous ceux qui sont et qui seront appelés à le réaliser à l'avenir. Pour ma part, je rends grâce au Pasteur éternel qui m'a permis de servir cette très grande cause au cours de toutes les années de mon pontificat."

Je rends grâce à Dieu pour tout ce que Jean-Paul II nous a donné, de son élection à sa mort, et pour Benoît XVI qui réaffirme et continue l'oeuvre entreprise par ses prédécesseurs.