Ainsi, depuis hier, nous savons que Benoît XVI a signé le décret de béatification de Jean-Paul II, dont la cérémonie aura lieu le 1er mai 2011. Il y a presque un an jour pour jour, j'émettais quelques réserves sur le délai extrêmement court entre le décès de Jean-Paul II et sa béatification.

Mais maintenant, puisque la décision est prise, elle me réjouit profondément et je fais confiance à Benoit XVI pour son choix.

Comme beaucoup de personnes de ma génération, c'est le premier pape que j'ai connu : j'avais 11 ans lors de son élection, la première dont je me souvienne vraiment, ayant eu à peine le temps de prendre conscience qu'après Paul VI il y avait eu Jean-Paul 1er.

J'eus la chance de "voir" deux fois Jean-Paul II. Ma grand-mère m'avait notamment emmené sur le parvis de Notre-Dame de Paris. Pour être honnête, je l'ai à peine vu, il était très loin. Mais j'ai entendu sa voix, entendu la puissance de sa voix, à laquelle son accent polonais mêlé à son français parfait donnait une texture particulière. C'était une voix qui transperçait. En me remémorant la scène, ses premiers mots prononcés, j'en ai encore des frissons.

Et puis, c'était un Pape que l'on voyait, qui s'imposait au monde, qui voyageait tel un saint Paul des temps modernes. Oui, j'ai aimé ce grand Pape voyageur, accueillit partout avec ferveur, j'ai aimé qu'il sache parler aux jeunes, qu'il sache porter la parole du Christ. Ses contempteurs peuvent dire ce qu'ils veulent, il restera comme un Pape qui aura marqué son époque.

Car des contempteurs, il y en a. Ceux qui exhument les zones d'ombre (quel homme n'en a pas ?) et ceux qui le haïssent de longue date. Pour les premiers, je ne m'attendais pas aux remarques que vous pourrez lire dans le commentaire au billet d'Isabelle de Gaulmyn. Aurait-il fallu ne pas canoniser saint Pierre à cause du triple reniement du Christ ? Décidément, les juges de tout espèce sont encore légions. Quant aux seconds, leur réaction était attendue. Je note seulement avec quelle célérité la FSSPX émet des communiqués pour contredire les annonces du Vatican. Après celui sur l'annonce de la réunion d'Assise III dès le 1er janvier, voici un autre communiqué diffusé aujourd'hui même, dès le lendemain de l'annonce.

J'ai trouvé deux images sur internet. Une où on le voit s'agenouiller et embrasser le sol lituanien, comme il en avait l'habitude à chacune de ses arrivées dans un pays. Ce lien physique à la terre, cette façon de bénir le sol qui l'accueillait me touchaient beaucoup. Et puis celle où on le voit, posant la main sur le Mur des Lamentations. Je trouve magnifique que le successeur de saint Pierre vienne prier là où 2000 ans plus tôt, le Christ et son prédécesseur sont passés. Et j'aime ce lien avec le peuple juif et l'ancien testament.

 

 

 

L'histoire dira si Jean-Paul II a été un grand pape. Pour ma part, je crois que oui. Mais l'important n'est pas là. L'Église a jugé aujourd'hui, sur des bases solides (un miracle a été authentifié), que Jean-Paul II devait être béatifié. Je me réjouis donc avec elle.