J’ai souvent trouvé une certaine tristesse à la fête de la Toussaint. Pourtant fêter tous les Saints est joyeux. D’ailleurs aujourd’hui, nous lisions les Béatitudes : « Heureux êtes-vous … »

Est-ce généralement le temps maussade, annonciateur des frimas hivernaux, qui teinte de tristesse cette fête religieuse ? Est-ce les visites aux cimetières [1] que je faisais lorsque j’étais jeune qui me donnait le « bourdon ». Je ne sais trop.

Toujours est-il que cela n’est rien en comparaison de ce que viennent de subir les Chrétiens d’Irak, massacrés durant la messe de la veille de la Toussaint. Au moins 46 morts, dont 2 prêtres.

S’il est une chose que je ne connais absolument pas, c’est de vivre sa foi dans la terreur et dans la crainte de sa propre vie. Moi qui vais dans une église comme j’entre dans un refuge, à l’abri de la fureur du monde, pour y trouver la sérénité intérieure quand elle me fait défaut.

Quel courage ont ces chrétiens, ces catholiques, à se rendre encore dans une église, à braver les oukases et les menaces ! Je ne sais vraiment pas comment je réagirais en pareille situation…

  1. la photographie du cimetière est de Sigrid Daune,  site Photographisme.net []