SakinehVous avez forcément entendu parler de Sakineh, cette femme iranienne accusée d’adultère et promise à la mort par lapidation. Une forte mobilisation internationale a lieu, notamment française, sous l’égide de Bernard-Henry Levy.

Inutile de revenir sur cette condamnation qui n’a aucun sens si ce n’est celui de montrer un certain visage peu ragoûtant de l’Iran et de l’Islam. Je ne veux pas faire d’amalgames mais enfin il faut aussi dire les choses telles qu’elles sont.

Il y a 2000 ans environ, un épisode du même type a eu lieu. Une femme adultère avait été surprise, les hommes voulaient faire appliquer la loi de Moïse et demandaient donc à ce qu’elle soit lapidée. Oh, ces hommes-là se moquaient bien de cette femme ! Ils ne cherchaient qu’à piéger Celui qui remettait en cause les fondements de leur foi et leur façon d’appliquer la Loi. Cet épisode nous a été raconté par Saint Jean (Jn, 8, 1-11).

Cette femme adultère, il y a 2000 ans, a eu la chance de rencontrer Jésus sur sa route. Et puisque Jésus ne l’a pas condamné, elle est peut-être auprès du Père et elle intercède peut-être pour Sakineh.

Voilà comment Jésus a aboli, il y a 2000 ans, une application déviante de la loi de Moïse. Voilà ce qu’il faudrait rappeler à tous ceux qui continuent de décrier le soi-disant obscurantisme du christianisme.

En attendant, sans être convaincu du succès de la démarche, et pour que cette femme ait la chance de rencontrer Jésus et se repentir, j’ai signé la pétition pour la sauver.