J’ai lu avec intérêt cette dépêche dont les medias se sont faits l’écho : la première création d’une cellule vivante entièrement synthétique par Craig Denver et son équipe.

Intérêt car on imagine ce que cette avancée pourrait permettre pour soigner certaines maladies rares ou certaines applications, comme la création d’algues qui permettrait de capter le CO2.

Mais avec pas mal d’effroi aussi : on se prend à imaginer la création d’un être humain d’origine synthétique. Est-ce possible ? Je ne sais pas. Souhaitable ? On imagine sans peine le danger d’une telle capacité de création.

Déjà un problème, dénoncé par l’ETC Group : « La biologie synthétique est un champ d’activité à haut risque fondé sur la recherche de profit, où l’on assemble des organismes à partir d’éléments qui sont encore mal compris. » Le dépôt de brevets annoncé par l’équipe de C. Denver montre déjà quelle est la voie choisie.