Cruxifixion (Fra Angelico)

J’ai participé aujourd’hui au chemin de Croix dans ma paroisse, qui a lieu à 12 h 30 afin de permettre aux personnes qui travaillent de venir.

Tous ceux qui se réfèrent aux évangiles et au Christ – ce qui dépasse le cadre des seuls catholiques – le Vendredi saint est un jour particulier. Jour de deuil et de tristesse comme nous pouvons en rencontrer plus d’une fois dans une vie. C’est d’ailleurs un jour de tristesse absolue que les apôtres ont vécu : Jésus a été arrêté, subi les outrages, crucifié. C’eût été un jour vraiment funeste s’il n’y avait pas eu la résurrection de Pâques.

C’est notre chance, dirai-je, de savoir que Pâques est dans 3 jours, de comprendre que Jésus Christ a offert sa vie pour la rémission de nos fautes. Il nous délivre de nos fautes et nous ouvre une merveilleuse perspective : ne pas nous laisser prisonnier de nos fautes, fussent-elles très grandes.

L’Évangile et l’Église nous invitent à nous reconnaître pêcheurs. Le péché est une réalité que Jésus a dénoncée, mais qu’il nous invite à dépasser. Oh certes, la tâche est ardue, notre coeur est long à la conversion. Je pense souvent à Pierre, lui le fidèle, le fougueux, choisi par le Christ non seulement pour le suivre, mais aussi pour prolonger son oeuvre, celui à qui Jésus a dit : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 18). Je pense souvent à son reniement. Si lui a chuté, moi, combien de fois chuterais-je encore ?

Mais la lumière de la résurrection de Pâque m’attend, nous attend.

Je vous souhaite à tous de vivre pleinement et sereinement ce moment unique dans la vie d’un chrétien. Joyeuses Pâques !