Photographie de mariage (auteur Magimages)

Photographie de mariage (auteur Magimages)

Dans notre paroisse toulousaine, nous assurons, avec le prêtre et un autre couple, la préparation au mariage. Celle-ci consiste en 6 réunions, nous en assurons 2 : une sur la connaissance mutuelle, l’autre sur la famille.

Il est certain qu’aujourd’hui les couples qui se préparent au mariage sont bien éloignés des jeunes fiancés ayant une vingtaine d’années et découvrant la vie. Nous préparons des couples anciennement formés – quasiment tous ont au moins 5 ans de vie commune -, un quart environ a déjà un ou plusieurs enfants. L’an dernier, il y avait même un couple s’étant marié civilement 18 ans auparavant, ayant 3 enfants dont l’aînée avait presque 20 ans !

L’Église ne peut donc plus dispenser sa doctrine comme si elle le faisait auparavant et elle se doit d’accueillir ces couples qui font une démarche importante, bien loin d’une superficialité apparente. D’ailleurs, le prêtre nous disait qu’il trouvait qu’en 10 ans, le profil des fiancés avait changé : on rencontre bien moins, presque plus, de couples qui se marient pour faire plaisir à la grand-mère. Non, au contraire, s’ils décident de se marier à l’Église, c’est qu’il cherche quelque chose de profond, qui a une valeur, qui va les porter dans leur vie. Ils cherchent, sans toujours bien le formaliser, le signe du sacrement. Nous leur disons d’ailleurs que, lors de leur mariage, ils seront trois : eux deux et Dieu !

Nous rencontrons aussi beaucoup de couples dont l’un ne croit pas, ou très peu. L’Église les accueille et je m’en réjouis.

Je me réjouis aussi que l’Église impose cette préparation. Je crois que le nombre minimum de réunions est fixé à 3. Dans notre paroisse, elles sont au nombre de 6 afin de couvrir plus de sujets et de leur proposer de creuser et questionner leur engagement. Et même s’ils sont réticents au début, souvent sans rien dire, ils apprécient cette démarche qui vise à poser des fondements dans leur vie de couple. Et bien souvent, ils sont ravis à la fin du cycle et nous le disent !

Et j’ai pour ma part beaucoup d’admiration pour ces personnes qui décident de se marier à l’Église alors que la société, les amis, les collègues, parfois même les familles, contestent ou moquent ce choix. Leur Foi est vacillante, ils ne savent toujours très bien où ils vont, mais ils font ce choix de s’associer à Dieu et à l’Église. Que l’Esprit Saint, par la grâce du sacrement, les porte dans leur union et leur ouvre le coeur à la joie et à la paix du Christ.