Face au scandale qui éclabousse l’Église d’Irlande – et d’autres pays – le Saint-Père a décidé de réagir en envoyant une lettre pastorale aux catholiques irlandais.

Cette lettre est disponible sur le site du Vatican ou ici.

Cette lettre est sans concession : elle dit l’horreur des actes commis, la honte ressentie par toute l’Église et le mal fait aux victimes ainsi que l’opprobre jeté sur toute la Communauté du Christ.

Fait nouveau, en tout cas affirmé avec force : ceux et celles qui ont abusé des enfants doivent répondre de leurs actes, devant Dieu, bien sûr, mais aussi devant les hommes (« Dans le même temps, la justice de Dieu exige que nous rendions compte de nos actions sans rien cacher. Reconnaissez ouvertement vos fautes, soumettez-vous aux exigences de la justice, mais ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. »)

Cette lettre ne résoudra pas tout, mais elle me semble être une voie vers la paix, en disant les responsabilités de chacun, de ceux et celles qui ont fauté, de ceux et celles qui ont tu, en demandant explicitement à entrer dans une démarche de pardon (« Je vous exhorte à examiner votre conscience, à assumer la responsabilité des péchés que vous avez commis et à exprimer avec humilité votre regret. »)

Certaines blessures ne guériront que très lentement. Nous pouvons confier dans nos prières toutes les victimes et tous ceux et celles qui ont sali ces enfants.