C’est une question que je n’ai cessé de me poser. Régulièrement. Avec une intensité plus ou moins forte selon les moments. Bien sûr, cette question est liée à une autre, non moins pertinente, qui est « A quoi je crois ? »

Il y a deux ou trois ans, j’ai traversé une énorme période de doute. J’essayais de trouver une logique à ma croyance et je n’en trouvais pas. Dieu n’est-il qu’un concept, qu’une idée pour combler nos insuffisances, nous, pauvres humains ? La vie sur Terre n’est-elle qu’un heureux hasard ? Jésus ne fut-il qu’un affabulateur de génie ? Bref, j’étais tenaillé par ce rationalisme ambiant qui prétend expliquer toute chose avec logique et raison. Et si nous n’étions rien ?

J’ai donc été amené à questionner ma foi et j’ai essayé de répondre à cette question, simple en apparence, qui est donc de savoir pourquoi je crois ? Cette réflexion a été soutenue par la lecture de deux ouvrages : le premier est une l’histoire de Bernadette Soubirous, écrite par René Laurentin ; le second est « Joie de Vivre, Joie de Croire » de François Varillon. Ce dernier ouvrage répond d’ailleurs plus à la question « à quoi je crois ? » mais il m’a aidé dans cette réflexion globale que j’eus alors.

Bernadette Soubirou Bernadette Soubirous. Je ne retracerais pas ici son histoire que tout le monde connait. Lorsque je lus le livre – je ne sais d’ailleurs plus ce qui m’avait motivé à le lire – je fus surpris d’une chose. La simplicité absolue de Bernadette, au moment des apparitions mais aussi bien après. Jamais elle n’a essayé d’en tirer un « profit » personnel. Qui est-elle au moment des apparitions ? Une jeune paysanne de 14 ans qui vit dans une grande pauvreté, qui ne parle que le patois, qui n’a pas d’éducation – ou très peu. J’eus la conviction en lisant sa vie qu’elle ne pouvait avoir inventé cette histoire. Elle a réellement vu la Vierge Marie. Et son témoignage m’a ému et touché. Et de là, j’ai réfléchi à la valeur, non seulement de ce témoignage, mais aussi de tous les témoins de Foi.

Et finalement, j’en suis arrivé à trouver la réponse à ma question : je crois parce que des gens ont témoigné de ce qu’ils ont vu et entendu et que je n’ai aucune raison de mettre en doute leur sincérité et la vérité de leurs témoignage. Je crois en Dieu et au Christ parce que je crois aux témoignages des apôtres et disciples de Jésus. Nous ne sommes pas dans une construction de l’esprit. Nous sommes dans la réalité de faits. Je suis d’ailleurs persuadé que si, comme certains le pensent, tout avait été inventé, l’Église n’aurait jamais vu le jour et tout cela serait tombé comme sont tombées les divinités grecques ou romaines.

Croire simplement le témoignage des autres – ce qui n’empêchent évidemment pas l’esprit critique ni de prendre du recul – voilà un des fondements de ma Foi. Ce n’est certes pas le seul mais il est suffisamment important pour j’en témoigne aujourd’hui.